Salbris – Le pied à l’étrier

APPRENTISSAGE Le 14 septembre a été remis un chèque de cinq cents euros à chacun des dix-neuf apprentis (dont un réfugié politique) travaillant dans onze entreprises salbrisiennes.
F.M.


L’opération chèque apprentissage a été mise en place par la ville de Salbris en collaboration avec le centre communal d’action sociale, représentant une aide bienvenue en ce début d’année scolaire où il faut notamment acquérir des outils ou trouver un logement. Olivier Pavy, maire de Salbris, après avoir indiqué que le chômage des jeunes de moins de vingt-cinq ans a baissé de moins de 35 % dans le canton, indique que « cet accompagnement financier qui met à l’honneur l’apprentissage est un moment important pour la ville. L’apprentissage, moment essentiel dans le parcours de vie d’un certain nombre de jeunes, aboutit pour sept sur dix d’entre eux vers un CDI. De plus, le maître d’apprentissage créée la première relation avec le monde du travail. Si chaque commune de plus de cinq mille habitants suit cette initiative, cela ouvre bien des possibilités. »
Franck Provost, parrain de l’opération qui a commencé comme apprenti coiffeur à Lude dans la Sarthe avant d’avoir la carrière que l’on sait, reconnait qu’il a eu « la chance d’être chez un très bon maître qui m’a donné goût à un métier qui depuis, me passionne, ce qui m’a permis d’évoluer par la suite. » Le célèbre coiffeur s’engage aussi à parler de l’initiative salbrisienne à Muriel Pénicaud, ministre du travail qu’il rencontre prochainement car « l’apprentissage est indispensable pour donner le goût des différents métiers. »
Stéphane Buret, président de la chambre des métiers de Loir-et-Cher poursuit : « Franck Provost est un très bel exemple de la réussite par l’apprentissage qui est loin d’être une voie de garage. La formation d’apprentis de qualité contribue au développement économique du territoire car un apprenti sur deux reprend une entreprise. »
Pour Paul Seignolle, connu comme étant le président d’ADA Blois Basket mais aussi président du MEDEF 41 et secrétaire de la CCI de Loir-et-Cher : « Le rôle des chefs d’entreprise est de former des apprentis car la France de demain gagnera grâce à ces jeunes. L’apprentissage doit être une filière d’excellence car nos entreprises ont un problème de main-d’œuvre. »
Parmi les apprentis présents, Alexis Demarets, apprenti en ferronnerie d’art chez Arts et Traditions de la Forge, explique que « l’apprentissage permet de former une nouvelle génération dans des métiers qui disparaitraient sinon tout en étant un moyen de connaître la réalité de l’entreprise. »
La ville de Salbris va poursuivre ses actions en faveur de l’apprentissage en mettant à disposition appartement de la commune et signer une convention avec le bailleur social Loir-et-Cher Logement afin de proposer aux apprentis des appartements en collocation pour un loyer à cinquante euros par mois.