Sobre et émouvant hommage à Claude-Joigny 

Ils étaient venus. Ils étaient tous là, sauf ceux partis ou encore en vacances. Pour la rentrée de la saison Ciné’Fil 2017-2018, avec le lancement de nouvelles animations filmées pour rebooster les activités de l’association, autour du cinéma d’Art et d’Essai et de qualité, aux cinés Lobis de Blois.

Mais, elles et ils étaient surtout venus pour rendre un hommage à l’un des actifs animateurs de l’association, dont il fut président, récemment disparu au mois de mai dernier. En plusieurs allocutions, toutes empreintes de ferveur amicale, de dignité sobre et d’hommages appuyés, ils ont souligné sa passion pour le cinéma, les arts martiaux de détente et de maintien en forme ainsi que le chant choral.

Tous ont su, avec les mots appropriés, rappeler l’homme de partage qu’était Claude-Joigny, souvent soucieux des autres plus que de lui-même, personne de contacts et de communications,  et souvent modérateur dans les épreuves qui pouvaient secouer Ciné’Fil. Il laisse intact de nombreux souvenirs dont des centaines de photos qui constituent une série d’archives riches et précieuses.

Et les chants de ses anciens amis de  la chorale «Plaisir de chanter» ont mis un terme à cette rencontre aussi amicale qu’émouvante à sa mémoire, en présence des membres de sa famille. Avant que ne soit lancé, en hommage des programmes, qu’il avait animés ou fait découvrir, le film «L’Hirondelle d’Or», qui était l’un de ses préférés, parmi les milliers qu’il avait vu défiler sur l’écran noir de ses nuits, souvent blanches.

The End, certes, mais pas l’oubli, cher Claude…

Jules Zérizer