Une galerie d’art, peu ordinaire, s’ouvre à Salbris

Miguel Lebròn Dublino y sublime Les Chants de la Terre

Plusieurs avertissements s’imposent dès le début de ce papier consacré à un nouveau résident de Salbris, Miguel Lebròn Dublino qui a installé et ouvert, depuis peu, un lieu culturel et de rencontres artistiques à Salbris. En voiture…
Catalan et Barcelonais d’origine, l’homme se revendique solognot après des études aux Beaux-Arts d’Orléans et un ancrage dans le territoire du côté de Montrieux.
Sa galerie a une histoire peu banale car elle abritait, naguère, un centre de recouvrement des impôts et taxes divers et il lui arrive, depuis l’ouverture, d’accueillir des clients du marché voisin qui viennent y régler leurs «dettes» administratives, avant application des amendes.
Il a donné une âme et un sérénité à ce magnifique cadre blanc, baigné de lumières, pour y accrocher ses œuvres et en disperser quelques autres dans le centre de la galerie en créant un sens de circulation qui donne libre cours au public venu à sa rencontre.
D’un contact agréable et affable, Miguel noue vite connaissance avec l’invité qui pousse la porte de l’ensemble protégé par de solides grilles de défense et lui explique l’historique de sa maison avant d’évoquer sa passion : Les Chants de la Terre, rythmés par les champs magnétiques qui nous entourent, nous encerclent, nous accompagnent et nous permettent, sauf fermeture complète, de rendre visible l’invisible, entre réalité et virtualité…
N’hésitant pas à définir son travail, ses recherches, ses expériences et ses réussites, Miguel, en son Atelier des Chants de la Terre, est intarissable sur son art qui consiste, tout simplement, selon lui, à fixer, sur un support, les différents champs magnétiques de la planète, suivant les cycles du soleil et de la lune, dans un mouvement perpétuel, avec des rapports jamais identiques tant dans le temps que dans l’espace.
Se définissant comme un designer couleurs et matières et artiste plasticien à la fois, Miguel Lebròn Dublino, qui a travaillé aussi dans l’industrie automobile pour des études peintures et autres composants pour carrosseries ou pièces de voitures, veut lancer des cours à l’intention de jeunes collégiens ou non, des adultes, dialoguer avec les habitants de Sologne, ou d’ailleurs, qui voudront bien pousser la porte de son atelier sans être obligé d’y payer leur dîme, et souhaite établir des dialogues simples et francs avec un public qu’il veut conquérir, l’art n’étant pas réservé aux grandes cités ou métropoles sans parler de la Capitale.
Salbris trouve là une chance énorme d’offrir en ses murs un havre de culture et de dialogues qui ne peut que perdurer, les ondes magnétiques paraissant prometteuses.
Jules Zérizer

Contacts : Atelier 47°25 Nord, 2°03 Est,
41, rue du Général-Giraud et place du Marché, 41300 Salbris
ateliersalbris@gmail.com ou miguel.lebrondublino@gmail.com.