Vierzon – La vague en béton de l’îlot Brunet Rollinat : Une tribune qui fait polémique

Critiques vives de l’opposition au travers d’une tribune non encore publiée et desservie au public via le bulletin municipal mais connue de la presse locale et du blog Vierzonitude qui la publie « in extenso »dans sa page du 9 février…

« Nombreux sont nos concitoyens qui, suivant les travaux en cours, s’interrogent à propos de la nouvelle place qui va naître, au cœur de notre ville, en lieu et place de l’îlot Brunet Rollinat… sur le papier, les vues étaient belles. Maintenant que le projet prend forme dans la réalité, il apparaît tout autrement : beaucoup de béton et au milieu, une vague qui bouche le peu de vue que nous aurions pu avoir sur le canal. Aménager un quartier ne se fait ni pour un an ni pour une décennie. Vu la somme que la majorité y consacre, il vaut mieux ne pas se tromper comme ce fut le cas avec le comblement du canal de Berry et la construction du forum République. Cette place aurait dû être la chance urbanistique de Vierzon. Elle n’est que le prolongement de cinquante ans de bétonisation… ». C’est cette attaque en règle contre un projet qui a déjà fait débat, qui a été présenté à de multiples reprises depuis des années qui a interpellé le maire Nicolas Sansu qui, pour mettre fin à cette « mauvaise polémique » a demandé à l’architecte maître du projet : François Albizzati, de venir au dernier conseil municipal, répondre aux questions de l’opposition et éclairer une nouvelle fois l’ensemble des élus sur cette réalisation. Ce dernier nous a accordé un entretien afin de préciser si besoin était la pertinence de son projet : « Je ne suis pas concerné par ce côté politique, J’ai découvert ce sujet en écoutant les commentaires qui m’en étaient rapportés. Je comprends que ces changements puissent perturber, inquiéter et d’ailleurs, je suis à disposition du groupe opposition municipale et de tout autre d’ailleurs pour débattre car c’est de l’avenir de Vierzon dont il est question et que l’on construit. Ce projet date de loin puisqu’on en parle depuis des décennies et il trouve son aboutissement sous la mandature de Nicolas Sansu ; et alors, on ne peut que s’en féliciter. Sa volonté est affichée en ce sens qu’il souhaite se réapproprier les cours d’eau de Vierzon et profiter de cet atout formidable. D’ailleurs, notre projet pouvait aller encore bien plus loin. Je fais parfois le parallèle avec notre travail à long terme sur la ville d’Anvers où nous avons apprivoisé les bords d’eau pour s’en servir comme éléments d’épanouissement et d’environnement durable. A Vierzon, nous avons voulu ce changement avec des gestes forts ; cette vague prend tout son sens à travers la place Gabriel Péry et l’avenue de la République. C’est un grand mouvement qui nous entraine vers les bords de l’Yèvre, du canal, sur le jardin de l’Abbaye ; chose que l’on a jamais connu. Il faut se souvenir comment était ce quartier voilà quelques mois. Aujourd’hui, on permet une visibilité accrue à tous les commerces avec des aires de stationnement, des trottoirs larges pour la sécurité des piétons. On assume complètement les choix (vague et belvédère) qui sont des éléments architecturaux un peu spectaculaires mais qui rendent toute sa fonctionnalité à cette place vouée à diverses activités ». Des arbres seront plantés et c’est un site qui sera à n’en pas douter, un lieu de rencontres et d’activités diverses ; un vrai lieu de vie. En compagnie du maire adjoint chargé des travaux Franck Michoux, nous avons fait « le tour du propriétaire » avec maintes explications et réponses à nos questions sur ce que sera cette place où les travaux vont bon train avec la mise en oeuvre de dalles en béton recomposé, recouvertes sur une face d’un filet de quartz donnant à cet ensemble de dallage ( le même qui recouvre la place de la République à Paris) une parfaite harmonie de couleurs : 60% de blanc, 30% de gris et 10% de noir. Le bâtiment de l’ancienne poste sera relooké et son sous sol servira à un entrepôt de vélos dans la continuité de ces projets d’itinérance douce : le canal à vélo ».

Détail ▶ Quelques chiffres

Coût global: 4 596 412 euros hT
État : 1 500 000 euros soit 33%
Département : 600 500 euros soit 13%
Région Centre-Val de Loire : 2 289 835, 17 euros soit 50%
Ville de Vierzon : 206 077,16 euros soit 4%

Jacques Feuillet