Agriculture régénérative en région Centre-Val de Loire

L’agriculture décarbonée progresse à vitesse grand V. Pour preuve, l’installation à Baule dans le Loiret, de l’unité de production d’alcool neutre et de protéines végétales. L’entreprise INTACT, créée il y a tout juste un an, vient symboliquement de poser la première pierre de son site de production à Baule.
Les planètes étaient bien alignées en cette fin d’année 2023. À l’occasion de l’assemblée générale de la coopérative agricole Axéréal, en présence du ministre de l’agriculture et du président de la région Centre Val de Loire (VdL), Alexis Duval, président et co-fondateur d’INTACT, donnait le top départ d’une nouvelle technologie agricole. Une innovation qui cumule les intérêts : celui de cultiver des végétaux régénérateurs des sols, notamment par leur apport naturel en azote, mais aussi de produire des protéines végétales, ainsi que le premier alcool neutre bas carbone au monde, issus de légumineuses (haricots, pois chiches ou lentilles…). Alors que l’agriculture est souvent montrée du doigt pour ses émissions de gaz à effet de serre, voilà qu’elle marque un point essentiel. « Pour traiter la question des protoxydes d’azote, notre solution est extrêmement vertueuse, se félicite Alexis Duval. Par ailleurs, nous avons remporté le prix spécial de l’innovation au salon Cosmétique 360 ». En effet, la production d’alcool neutre, utilisée par l’industrie cosmétique, est très gourmande en énergie et donc en émission de CO2. Les nouvelles technologies qui voient le jour depuis quelques années pour gommer ces inconvénients, sont bien sûr suivies de près par les institutions et souvent soutenues financièrement. C’est le cas en région Centre-Val de Loire, où sont cultivés une grande part des végétaux alimentaires pour la France. On y étudie et on y développe les procédés de demain, notamment au sein de l’Agreen Tech Valley. François Bonneau, président de la Région, se félicite donc de cet aboutissement : « Nous avons beaucoup à faire en la matière. Votre projet donne une nouvelle perspective. Avec vous, on crée une extra-factory très différentiante ». Marc Fesneau, ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, ne dit pas autre chose : « Ainsi va se développer en Centre-VdL un projet d’excellence pour la transition et la décarbonation ».

Baule, capitale européenne de l’agriculture régénérative
INTACT investit 60 M€ pour ce projet à Baule, au cœur de l’une des principales régions agricoles d’Europe et de la zone de collecte d’Axéréal. La coopérative agricole est un partenaire stratégique d’INTACT pour la fourniture des légumineuses. Elle permettra à la nouvelle filière d’agriculture régénérative, de disposer d’un important potentiel de développement. Déjà forte de 65 000 hectares de production et de 12 000 agriculteurs partenaires, INTACT veut faire émerger une nouvelle filière européenne qui permettra de produire ces protéines végétales et légumineuses, et le premier alcool neutre issu de l’agriculture régénératrice. Jean-François Loiseau, président d’Axéréal, ne cache pas sa fierté : « nous voulons montrer qu’une entreprise coopérative sait relever les défis, être au rendez-vous de l’avenir et de l’international, innover et prendre des risques sur le long terme ». La France est passée de la troisième à la septième place des pays exportateurs. « Elle était un grand pays, poursuit M. Loiseau, qui en appelle aux partenaires. Il faut qu’elle retrouve sa dimension, avec sa souveraineté alimentaire. Alors aidez-nous dans notre démarche ». Le ministre se veut rassurant, notamment à propos de la prise de risque des agriculteurs : « c’est cela qu’il faut accompagner. Il y a de l’argent sur ce type de programmes. Il faut accélérer les process car les années passent vite. 23M€ seront disponibles sur ces sujets, je vous invite à vous en saisir. Nous sommes un pays qui a toujours beaucoup fait avec la viande. L’appel aux protéines végétales est une voie formidable, et nous avons toute capacité à rattraper les 25 ans de retard que nous avons pris ».

Nourrir le monde avec du végétal
Marc Fesneau confirme que le Gouvernement aidera ces investissements ; 100M€ seront consacrés aux protéines végétales. « On a besoin de commercer, dit-il, y compris à l’export pour être puissants. Sinon, on est sur le repli sur soi, et c’est la décroissance. Je pense que la vocation de la France est de nourrir le monde. On importera 20 millions de tonnes de céréales cette année en Europe. Je ne m’en satisfais pas ». Pour autant, le ministre insiste sur la réduction primordiale de la dépendance aux intrants, « qui de surcroît, affirme-t-il, ne sont pas produits Français ».
Jean-François Loiseau acquiesce : « Notre projet est protecteur de l’environnement, vous y concourrez en trouvant des terrains, des financements et des partenariats ».
INTACT ouvre donc la voie de l’agriculture régénérative, de nouvelles pratiques et assoit l’attachement de la Région à l’agriculture nourricière.

Stéphane de Laage