Bourges – Rencontre avec Pascal Blanc, maire de Bourges 

A mi-mandat et quelques mois, le maire de Bourges a reçu notre journal pour un tour d’horizon des actions municipales menées, à venir et sa vision d’un avenir prospère pour sa ville et l’agglomération. 

Le Petit Berrichon : Monsieur le maire, à mi-mandat, où en êtes-vous en matière d’urbanisme ?

Pascal Blanc : « Nous devons terminer le  PRU1* en 2018 et ce, obligatoirement au risque de perdre les aides octroyées voir les rembourser. Pas d’inquiétude en ce domaine car nous sommes sur un bon timing de fin de programme qui se traduit en termes d’investissements sur 2017 pour 6,5 millions ; il nous reste donc 3 millions de dépenses pour 2018. Dans le nouveau PRU (PRU2) auquel nous sommes éligibles, nous étudions actuellement le périmètre définitif toujours aux Gibjoncs (Cap Nord) afin que l’ANRU* le traite et le finance ».

L.P.B. : Les transports et l’environnement sont un sujet majeur pour la ville ? 

Pascal Blanc : « Oui effectivement, c’est un sujet majeur pour la ville et pour l’agglomération en général. La restructuration du réseau des transports en commun est essentielle. Une navette non payante a vu le jour, après consultation avec les usagers,  depuis le 4 septembre, cela permet d’apaiser la circulation en centre ville. Elle dessert les parkings non payants (Prado, Juranville, Plateau d’Auron). Au niveau de l’agglomération, le plan vélo se poursuit et va s’étendre sur plusieurs années permettant ainsi aux habitants d’avoir un vrai réseau de déplacement doux ».

L.P.B. :  Où en êtes-vous du Plan Solitude, voisins solidaires ?

Pascal Blanc : « Ce plan est un élément majeur d’un puzzle bien plus grand encore qu’est la lutte contre l’isolement. Suite à notre enquête de l’hiver dernier, nous avons enrichi et continuons nos actions par une meilleure information et une amélioration du parrainage envers nos concitoyens. C’est une action intergénérationnelle que mène Sophie Vannieuhuyse, maire adjoint, qui se développe de manière intéressante ».

L.P.B. : Concernant deux thématiques de votre campagne aux municipales, l’emploi et la sécurité, qu’en est-il ?

Pascal Blanc : « La sécurité des biens et des personnes et l’emploi sont effectivement les deux sujets majeurs qui revenaient de mon contact sur le terrain avec les Berruyères et Berruyers. Le déploiement des caméras de vidéo protection se poursuit ; actuellement, nous en sommes à 85 sur la ville et l’objectif sur lequel nous nous étions engagés (100 d’ici 2020) sera tenu. Nous sommes actuellement en phase de recrutement pour la création au sein de la police municipale d’une brigade de nuit. Bien évidemment nous continuons à réclamer plus d’effectifs dans les commissariats de la ville (police nationale) ce qui éviterait comme cet été, la fermeture du commissariat des Gibjoncs. L’emploi est lié au développement économique, nous devons intensifier notre accueil aux nouvelles entreprises et favoriser l’extension des entreprises existantes, en dynamisant cette synergie déjà en place, qui fonctionne bien entre les organismes de développement économique. En ce qui concerne les personnes en recherche d’emploi, nous avons mis en place la « collecte des CV » ; action qui me tient particulièrement à cœur et qui vient de se dérouler pour la deuxième année. C’est en fait un nouveau service, sorte de cabinet de recrutement municipal qui entre dans le cadre de la mission emploi. Depuis deux ans, nous avons traité 2000 CV concrétisés par plus de 650 retours à l’emploi dont 280 CDI ».

L.P.B. : L’attractivité et le bien vivre, autres atouts indispensables pour l’image de la ville ?

Pascal Blanc : « Il faut que notre ville soit accueillante, ouverte aux visiteurs avec un tourisme performant.  En ce qui concerne l’accueil touristique, nous sommes en phase positive ; notre outil de promotion s’avère performant et permet sur le court et long terme d’augmenter l’attractivité de notre territoire et l’action de AD2T est, en  ce domaine, très intéressante. Nous avons vécu un très bel « été à Bourges » avec des concerts de qualité. Cette année, bien que la durée fut réduite, nous n’avons pas touché au budget ce qui a permis d’accroître la qualité des spectacles. Le succès était également là dans la fréquentation de la plage du lac d’Auron, la réalisation de ce projet me tenait à cœur. N’oublions pas que tous ne partent pas en vacances et avoir un tel lieu de vie, de détente, était nécessaire. Pour le bien être et l’attractivité de notre cité, deux projets structurants sont portés par l’agglomération de Bourges Plus, le centre de congrès et le centre aqua-ludique de bien être. Deux projets de promotion pour la ville qui auront le mérite de faire venir à Bourges bon nombre de personnes qui, outre le fait de bénéficier d’accueils spécifiques, découvriront la ville et ses environs. ».

L.P.B. : Pour conclure ? 

Pascal Blanc : « Nous devons, même si la situation s’améliore, demeurer fermes et vigilants sur les finances de la ville car il  reste encore du chemin. Néanmoins, nous ferons tout ce qui est possible pour que les Berruyères et Berruyers profitent au mieux de leur ville, de ses actions et soient heureux d’y vivre ».

Propos recueillis par Jacques Feuillet

*PRU : Programme de Renouvellement Urbain. *ANRU : Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine.

*INSA : Institut National des Sciences Appliquées