Ces quinze derniers jours…

Vallée du Cher : comme une lettre à la Poste

Deux logements ont vu le jour dans les anciens locaux postaux (remplacés depuis par une agence postale intercommunale la rue en face) dans le centre-bourg de Chémery, rue de la Poste exactement. L’un réservé aux personnes à mobilité réduite, l’autre qualifié d’habitation d’urgence. La commune aura déboursé plus de 113 00 euros pour cette opération qui aura mobilisé des entreprises locales, avec un soutien financier de la dotation de solidarité rurale (soit 24 000 euros), comme l’aura expliqué le maire, Françoise Charles, lors de la traditionnelle coupure de ruban samedi 1er décembre. La main tendue à des familles par Chémery donne déjà des idées à d’autres communes avoisinantes, Noyers-sur-Cher par exemple, qui mène une réflexion sur des logements à mettre à disposition des étudiants en médecine et des artistes.


Blois :  bombe « pétardée »

La bombe américaine de 250 kilos datant de la Seconde Guerre mondiale repérée début septembre par les plongeurs des sapeurs-pompiers de Blois au pied du pont Jacques Gabriel a été extraite du fleuve dimanche 2 décembre. L’engin explosif a été chargé dans un camion escorté par deux motards et acheminé jusqu’à la carrière Minier à Maves où il a été pétardé. La bombe a été enterrée dans un trou et recouverte de sable avant d’exploser et une tranchée a été prévue pour éviter l’onde de choc. Le service de déminage de la Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion de crise de Versailles a procédé à l’extraction et à la neutralisation de la bombe. Une opération menée ce dimanche 2 décembre dès 8 h du matin. Un périmètre de sécurité de 135 mètres autour de l’engin explosif a été mis en place et soixante-dix riverains préalablement avertis par les services de la préfecture et de la ville, ont été évacués par mesure de sécurité. Un accueil a été organisé à l’Hôtel de la ville de Blois le temps de l’intervention.


Département : gros sous et fauteuils en cours de redistribution

Rien de neuf sous le soleil, ou presque. La session budgétaire du Conseil départemental lundi 10 décembre à Blois a permis une énième fois aux élus de l’assemblée d’exprimer leurs incertitudes financières face au « diktat « de Bercy qui n’est sans aucun doute pas prêt à faire des cadeaux au pied du sapin. Le budget consolidé 2019 est annoncé  de l’ordre de 416, 2 M€, avec une baisse significative des dotations (moins 16 M€) et des aides sociales toujours aussi lourdes (195 M€ contre 66,5 M€ pour les ressources humaines à titre de comparaison). Pendant ce temps-là, l’épargne a été jugée fragile, même si les investissements de l’année prochaine continuent sur leur rythme de croisière (parmi lesquels les collèges à hauteur de 6,07 M€ et la déviation de Contres pour 2 M€). « Notre département est considéré comme bien géré, notre projet politique suit son cours, » aura commenté le président Nicolas Perruchot. La vigilance reste toutefois de mise, encore et toujours, comme l’aura martelé Maurice Leroy, rapporteur général du budget qui aura terminé l’énumération chiffrée en décrochant un poste de vice-président chargé du tourisme pour… préparer son départ prochain du département. De petits arrangements qui ne parleront pas au citoyen lambda ; Maurice Leroy envisage un voyage « vers un autre horizon, pour mener une mission qui me conduit à quitter la vie politique nationale,» selon les propres mots de celui qui est aussi député UDI, cédant de fait son siège à l’Assemblée nationale à Pascal Brindeau, actuel maire de Vendôme. Réponse après la trêve des confiseurs mais il se pourrait que cette partance l’emmène très loin de nos frontières hexagonales, probablement en Russie, se murmure-t-il …

Loir-et-Cher : et les entreprises « au top » sont…

En partenariat avec la CCI de Loir-et-Cher, nos confrères et consœurs du quotidien la Nouvelle République organisent chaque année une cérémonie pour remettre les « tops » de l’entreprise. Cette année, la soirée se déroulait au Jeu de Paume, à Blois, lundi 3 décembre. Et les gagnants sont… NLX à la Chapelle-Vendômoise (innovation), Val de Loir Injection à Montoire-sur-le-Loir (hommes et femmes de talent), Isoscop à Epuisay (humain et responsable), la ferme de la Faubonnière à Chémery (création-reprise), le restaurant Le Vieux Fusil à Soings-en-Sologne (jeunes et entreprise), DS Innov à Vendôme (numérique). Le chocolat Poulain (170 ans mais pas une ride) et la société Idec (qui vient de signer un contrat avec le sportif Tony Parker, sans oublier la victoire de Francis Joyon sur la route du Rhum)  furent elles aussi invités sous le feu des projecteurs, ce soir-là. Une énième occasion de démontrer les atouts et attraits du Loir-et-Cher, en dépit d’une année 2018 aux voyants économiques passés à l’orange. Et non pas au jaune, même si la couleur est tendance en cette fin d’année, surtout aux abords des ronds-points…

E.R. et ARP