Ciné’Fil lance sa nouvelle saison

Ciné’Fil lance sa nouvelle saison :
Hommage à Claude-Joigny et démarrage du cycle mensuel «Au fil des bobines»

Avec son humour froid, caustique et britannique à la fois, Claude-Joigny, l’un des piliers de l’association Ciné’Fil, aurait, sûrement, apprécié qu’on rende hommage à sa vie et ses engagements associatifs, en ce lundi 11 septembre, de sinistre mémoire aux USA et dans le Monde !

Toujours est-il que la soirée spéciale qui lui sera, en partie, consacrée, dès 19 heures, correspondra au lancement de la nouvelle saison de Ciné’Fil aux Lobis, avec le démarrage d’un rendez-vous mensuel «Au fil des bobines»  qui partira à la (re)découverte du patrimoine cinématographique dont Claude-Joigny était un très grand spécialiste.

Cette soirée sera articulée sur la projection du film chinois « L’hirondelle d’Or » de King Hu (1966), film de chevalier errant, que Claude adorait et qui avait été programmé il y a quelques années déjà. 

Avant la séance programmée à 20h30, plusieurs orateurs rappelleront le souvenir de Claude Joigny entré à Ciné’Fil au début des années 2000 avant d’en devenir le président de 2004 à 2012, avec la lourde tâche de préparer et de mettre au point les bases du contrat du dossier Cap-Asso permettant l’embauche d’un permanent salarié. Photographe, il contribua, à la mise en place d’un archivage des diverses activités, rencontres, des débats et il fut un animateur attentionné des ateliers de programmation au sein de l’Espace Quinière. Sa toute récente récente disparition, le 19 mai dernier, a laissé un grand vide au sein de l’association où son statut de sage à la barbe blanche lui donnait un rôle de modérateur et, aussi, de fusible quand l’orage grondait et qu’il y avait de la tension dans l’air.

« L’Hirondelle d’Or » (le nom du meilleur agent du gouvernement d’une province chinoise) ou « Come drink with me », film de King Hu, aborde ses 52 ans, sans prendre de rides. On y verra ou reverra ChenG Pei-Pei, première star du wu xia pian (le film du chevalier errant chinois), qui, ballerine de 19 ans, fut engagée par King Hu pour devenir son héroïne.

Cette soirée du 11 septembre permettra aux nombreux amis de Claude-Joigny de venir se souvenir de la passion tranquille de ce cinéphile plus que professionnel dans ses commentaires, analyses et partages, souriant et accueillant, ouvert aux autres et jamais au-dessus d’eux… Un homme simple, qui aura marqué son passage sur terre, et qui aurait mérité de voir sa vie empreinte en film, la vie d’un passionné humble, à la portée de tous et qui n’avait pas la grosse tête…Si cela pouvait guider le comportement de certains humains !

J.Z.