Débattons, débattez-vous…

 

à l’initiative du président de la République, Emmanuel Macron, le Gouvernement engage un grand débat national, jusqu’au 15 mars 2019. Léa Poplin, sous-préfète de Vendôme, a été nommée par le préfet comme référente de cet échange dans le Loir-et-Cher.

Ce grand débat permettra (doit permettre…) aux Français de s’exprimer autour de 4 grands sujets : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Chacun peut prendre part au débat, qu’il soit simple citoyen, élu, institution, organisation à but lucratif ou non. Plusieurs possibilités sont proposées. Des réunions d’initiatives locales, au cours desquelles chacun pourra se faire entendre et débattre. Aussi, une plateforme numérique www.granddebat.fr, sur laquelle dès le 15 janvier 2019, chacun peut déclarer un débat qu’il souhaiterait organiser ou consulter la liste des débats organisés dans sa région, déposer ses contributions. Un envoi postal des contributions est également possible (Mission grand débat – 244, bd Saint-Germain; 75007 Paris). Des stands de proximité, qui seront installés dans des lieux de passage du quotidien, permettront à ceux qui le souhaitent de donner leur avis sur les thèmes du débat. Des conférences citoyennes régionales. Dès le 1er mars 2019, elles associeront des Français tirés au sort dans chaque région à des représentants de diverses parties prenantes afin de participer à l’élaboration de pistes concrètes d’actions et donner leur avis sur les premiers retours du grand débat. Pour toutes questions, un numéro vert a été créé : 0800 97 11 11. Il sera ouvert du lundi au samedi de 9h à 20h. Un premier rendez-vous est d’ores et déjà calé samedi 26 janvier à Romorantin, par La République En Marche, dans l’Agora, au 24 rue Hubert Fillay, de 15h à 19 heures. Un grand débat, usine à gaz, poudre aux yeux ou panacée ? L’avenir le dira.

E.R.