Et si la bicyclette allait remplacer la voiture…

Le circuit 26 «Beauce au naturel» a été officiellement lancé…

TOURISME Au rythme où vont les événements et au rythme où les carburant vont bientôt flirter avec les 2 euros le litre, on se pose la question de savoir s’il ne va pas falloir se mettre au vélo ou à la bicyclette comme le chantait si bien feu Yves Montand.

Jules Zérizer

La boucle à vélo 26, partant de Marolles, et baptisée «Beauce au naturel», a été officiellement inaugurée, en ce premier jeudi du mois, autour de La Maison de la Nature de Marolles par une balade à vélo (et non en vélo comme l’ont accidentellement prononcé certains élus…car on ne dit pas en bicyclette aurait chanté…), à l’invitation du maire Yannick Sevree qui a emmené avec lui un peloton de sportifs. Au nombre desquels François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire ; Christophe Degruelle, président d’Agglopolys ; Nicolas Perruchot, président du Conseil départemental 41 ; Marc Gricourt, maire de Blois et premier vice-président régional ; des élus du territoire d’Agglopolys…

Cette troisième boucle, au Nord du Loir-et-Cher, s’inscrit dans le panel de  circuits proposés aux touristes et autochtones, en famille ou seuls, dans le cadre des quinze itinéraires cyclables «Châteaux à vélo» (www.geovelo.fr), qui rejoignent la Loire à vélo, le Cher à vélo…

Plusieurs allocutions ont mis en relief les bienfaits de la pratique de la bicyclette, moyen de transport idéal à développer le plus possible, non pas seulement pour le tourisme, mais aussi pour le travail, l’école, les loisirs et sports…à condition que les infrastructures suivent. D’importants efforts en matière de sécurité ont déjà été réalisés dans le département et en région et les travaux actuellement en cours au rond-point de Cap’Ciné  à Blois permettront d’accéder, par passerelles, directement au cinéma, et ce, à vélo depuis le centre-ville.

Après un entraînement sommaire au maniement des vélos électriques, et ce, malgré une chute intempestive, sans gravité, à la suite d’une mauvaise maîtrise de l’engin «fougueux» , de la part d’une élue, la caravane s’en est allée, en bras de chemise et même avec cravates, sur une partie du circuit, via une partie de la réserve naturelle de Grand Pierre et Vitain, vers Villiers et l’étang communal de la Cisse à Averdon, le tout en méandres plates sans trop de montées, ni de cols à franchir…La Beauce n’est pas La Savoie…

En auto, mais à vélo…

Il y a une faute de français qui revient, tous les jours, dans les journaux, à la radio, à la télé, dans les discours, dans les conversations…quel que soit le niveau d’études et le rang social des intervenants…

On entend et on lit, souvent, «Il est arrivé ou il est parti en vélo» comme si le pilote s’était introduit dans le cadre ou sous la selle. « À » convient mieux et c’est plus français. On circule en voiture car on s’y introduit, on y est abrité comme dans une maison.

Alors pour éviter de telles erreurs, pourquoi n’utiliserait-on pas, tous les jours, les mots «à bicyclette», car, si l’on est un peu équilibré et conscient, on ne se verrait pas écrire ou dire «en bicyclette».

Élémentaire mon cher Watson…