Lamotte-Beuvron : Nouveaux membres, nouveaux producteurs

Le 7 février a eu lieu l’assemblée de l’association de maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) des Paniers du Beuvron, dont l’objectif est de bénéficier de produits locaux bio, tout en permettant aux producteurs locaux de vivre dignement, en l’absence d’intermédiaires.
Fondée l’an dernier, autour d’un projet porté par Marianne Hemon, maraichère bio sous serres et en plein champ, utilisant la traction animale, l’AMAP des Paniers du Beuvron est en lien avec deux autres producteurs en plus de la maraichère de Loreux, Philippe Prognon, éleveur de veaux limousins bio à Nouan-le-Fuzelier, représentant le GIE Eleveurs bio du Loir-et-Cher avec cinq autres éleveurs du Loir-et-Cher et Vincent Bourdeaux, producteurs de poulets à Crottes-en-Pithiverais. La cotisation à l’AMAP qui compte aujourd’hui trente membres est de quinze euros à l’année, réduite à sept euros pour ceux qui s’engagent en cours d’année. Les membres s’engagent à l’année à acheter des produits à l’un ou plusieurs des producteurs.
« Nous avons eu en 2018 vingt quatre contrats pour les légumes et dix-sept pour les volailles, explique Marie-Hélène Labadie, présidente des Paniers du Beuvron. Pour ces derniers, il faudrait trouver avec Vincent Bourdeau un rythme qui convienne à tous. Concernant la viande, les commandes se font par caissettes. Un questionnaire a été envoyé aux membres de notre AMAP afin d’évaluer leur satisfaction, d’où il ressort que les adhérents sont satisfaits.
Pour 2019, le premier objectif est de pérenniser ce qui a été construit l’an passé. Il nous faudrait trouver un lieu pour les distributions qui se font actuellement chez un particulier. Nous avions pris contact avec la gare de Lamotte-Beuvron afin qu’elles se fassent dans le hall mais les horaires d’ouverture de la gare – 6h-14 h – ne nous permettent pas d’exploiter cette piste. Nous avons pris contact avec de nouveaux producteurs : œufs, miel,…en choisissant en priorité des producteurs locaux bio dans leurs pratiques, même s’ils ne sont pas labellisés. »
La présidente a aussi proposé de faire cette année des actions avec les producteurs afin de mieux comprendre leur travail, comme la participation à la récolte de pommes de terre suivie d’un repas qui a été faite l’an passé chez Marianne Hemon, ou la participation à un chantier de réparation de clôtures chez Philippe Prognon.
La maraichère a suggéré en plus de la récolte des pommes de terre que les membres de l’AMAP participent en mars au semis des oignons et des poireaux en mars et à la récolte des courges en octobre.
« Il faut aussi que notre association se fasse davantage connaître, indique Marie-Hélène Labadie. Nous allons mettre des affiches dans les commerces et participer à des salons et événements locaux tout en nous rapprochant de regroupements inter AMAP qui sont en train de se monter dans l’objectif d’échanger des idées et des façons de faire et contacter les écoles et les EHPAD afin de construire des partenariats afin de sensibiliser les enfants et les seniors sur les bonnes pratiques alimentaires. »
Le trésorier, Bruno Hajdukiewicz a ensuite présenté le bilan 2018 qui fait apparaître un solde positif de 323, 44 euros et le budget prévisionnel 2019 avec des dépenses et des rentrées équilibrées à 450 euros. Les Paniers du Beuvron ont aussi sollicité une subvention auprès de la mairie de Lamotte-Beuvron.
« Je suis contente de travailler avec les Paniers du Beuvron car c’est une jeune AMAP sympathique et dynamique, reconnait Marianne Hemon. Nous avons conclu à ce jour vingt-quatre contrats légume et j’espère qu’il y en aura autant voire plus la saison prochaine. L’an dernier, quarante types de légumes différents ont été proposés dans les paniers qui comportaient selon les saisons entre cinq et dix types de légumes différents. Cette saison, je vais intégrer de nouveaux légumes dans la gamme comme des patates douces, davantage d’aromates et des préparations comme des confitures et des tomates en bocaux. »

F.M.