Le Loir-et-Cher pionnier du cornichon « Made in France »

De nombreuses études attestent que les Français préfèrent aujourd’hui consommer moins, mais mieux. Dans ce contexte, l’argument d’un produit fabriqué en France devient synonyme d’achat patriote, gage de qualité, de respect des normes sociales et environnementales. C’est sur cette vague qui surfe l’entreprise suisse Reitzel pour relacer la filière des cornichons Made in France.

Réduction de l’empreinte écologique et maintien et développement des emplois conduisent les consommateurs à miser sur les produits français. C’est pour répondre à cette demande croissante que la société suisse Reitzel, spécialisée dans les produits au vinaigre, avait lancé en 2016 la première campagne pour relocaliser la filière cornichons. Aujourd’hui, pour la saison 2, elle élargit le nombre de producteurs dans la Sarthe et surtout en Loir-et-Cher.

« L’objectif est de reconstruire autour du cornichon une filière agricole pérenne, avec un cornichon Made in France à prix accessible afin de satisfaire des consommateurs de plus en plus engagés », déclare Martial Chauvière, directeur opérationnel des sites Reitzel France.

On n’y pense pas lorsque l’on fait son sandwich ou quand on mange une bonne assiette de charcuterie artisanale. Pourtant, presque tous les cornichons vendus en supermarché arrivent directement d’Inde.

En effet, depuis la fin des années 90 le cornichon a peu à peu disparu des champs français pour aller pousser en Asie du sud, sa terre d’origine. Une récolte par an, au lieu de trois en Inde, et un cot de main d’œuvre plus élevé, ont eu raison de la production locale de ce fruit du terroir.

« Il y a 20 ans, j’étais déjà producteur de cornichons et j’ai vu les cultures disparaître », explique Éric Gouard, agriculteur à Maslives. « Lorsque Reitzel m’a proposé en 2016 de faire partie de cette aventure, j’étais ravi. En plus, la première récolte a été plus satisfaisante que prévu, donc nous partons cette année sur 3 hectares contre 1,5 l’année dernière ».

Denis Billault à Ouchamps et Bruno et Gilles Leroux à Veuves ont rejoint les rangs des agriculteurs partenaires Reitzel portant ainsi à cinq hectares la surface d’exploitation de la campagne 2017. Avec pour challenge de consolider une production considère comme rentable.

Une filière équitable où tout le monde gagne sa vie…

Le projet mené par Reitzel est basé sur une relation tripartite équitable entre agriculteurs, industriel et distributeurs ou chacun gagne sa vie.

« Les consommateurs hexagonaux sont de plus en plus à la recherche de produits fabriqués en France. Pour autant, ils ne sont pas prêts à le faire à n’importe quel prix. Jusqu’à présent, les cornichons français n’étaient distribués qu’au rayon épicerie fine à un prix avoisinant les 30 € le kilogramme, soit trois fois plus que les bocaux de cornichons en provenance d’Inde », affirme Martial Chauvière.

Pour proposer un cornichon français à un prix abordable, il fallait donc l’adhésion d’agriculteurs prêts à se diversifier, le concours d’un industriel capable d’adapter sa production en limitant les marges et enfin la participation de distributeurs garantissant la mise en place dans les rayons au bon prix. Si Carrefour, Intermarché et Monoprix ont été les premiers à s’engager. Ils viennent d’être rejoints par Auchan, Leclerc et les magasins U. Rappelons que le groupe Reitzel est un spécialiste des marques distributeur (MDD) qui représentent 60 % de son chiffre d’affaires.

La large adhésion des enseignes de distribution encourage les acteurs de la nouvelle filière à développer des recettes en bocaux 100 % Made in France commercialisés sous la marque Jardin d’Orente, ils contiennent évidemment le cornichon, le vinaigre, l’estragon et les graines de moutarde d’origine française. Mais le sourcing français concerne aussi l’étiquette, la capsule ou encore la puisette. Il n’en est pas encore de même pour les graines de poivre, les mini-ognons ronds et les poivrons qui se font de plus en plus rares dans nos champs.

ARP


Cornichon français en édition limitée

Cultiver le cornichon est difficile. Tout comme pour les cultures de fraises, la récolte est difficilement mécanisable. Aussi, beaucoup de personnes sont nécessaires dans les champs pour récolter manuellement chaque cornichon. Cette cueillette physique est exigeante, il faut passer plusieurs fois par jour sur chaque plant pour sélectionner les cornichons à la bonne taille. En effet, le fruit peut doubler de volume en une seule journée.

Sensible aux variations de température et à la pluviométrie, la culture du cornichon est donc dépendante des conditions climatiques qui influencent sur ces rendements. Véritable produit de saison, les quantités du cornichon Made In France peuvent donc varier considérablement.

Le climat local ne permettant qu’une seule récolte de cornichons par an, les quantités sont fixées par la météo des mois de mai à août.

Ces contraintes conduisent Jardin d’Orante, marque du groupe Retizel, à commercialiser en édition limitée deux recettes seulement, « Petits et Grands cornichons Made in France ». Et cela, selon les stocks limités disponibles jusqu’à renouvellement de chaque nouvelle récolte.