Nançay : un village qui n’a pas dit son dernier mot

ZOOM SUR Au pays du Grand Meaulnes et de la Radio Astronomie, fait-il bon vivre ? Réponse ci-dessous.

Rencontre fructueuse au mois de février avec Jacques Prévost, édile de cette commune du Cher, à mi-chemin entre Bourges et Vierzon, tout près de Salbris. Un maire qui se bat pour que le vie continue dans son village de 874 âmes (chiffre 2015) à la renommée touristique et culturelle incontestables. C’est pourquoi, il se place toujours en avant garde et mène le combat contre ce déséquilibre économique du territoire : « Nous souffrons comme beaucoup dans nos départements du Cher et de l’Indre de cette insuffisance économique concentrée pour beaucoup dans les deux métropoles que sont Orléans et Tours. Elles possèdent un puissant tissu économique, plus florissant avec tous les avantages inhérents à leur positionnement et pourtant, les communes rurales sont un peu les parents pauvres. Heureusement, Bourges et Vierzon redressent la barre après avoir connu, notamment à Vierzon, un déclin industriel de grande ampleur qui a affecté une grande partie du territoire vierzonnais dont nous faisons partie avec une baisse démographique inquiétante. Aujourd’hui, l’espoir renaît, Bourges revitalise son potentiel et Vierzon entame un redressement de bon augure avec un parc technologique qui se remplit ; des entreprises qui s’implantent. Certes, il va falloir un peu de temps pour retrouver un seuil plus élevé mais c’est d’une importance capitale. L’emploi des Nançayais est pour beaucoup sur Vierzon, Bourges et un peu Salbris ; il est donc vital pour une commune comme la nôtre de se positionner auprès de telles collectivités car, qui dit nouveaux emplois dit jeunes qui n’hésiteront pas à venir s’installer chez nous et y trouver un confort de logement et de vie agréables à la campagne ». Pourtant, en janvier, le maire essuyait une cruelle déception lorsque son conseil municipal refusait de le suivre dans sa volonté de rapprochement avec la communauté de Communes Vierzon Sologne Berry (Cf. encadré) : « C’est un échec qui m’a cloué et sidéré ; je n’ai toujours pas compris ce refus si ce n’est pour des raisons bassement politiciennes et aujourd’hui où il faut se rassembler pour ne pas mourir, de n’avoir pas saisi l’opportunité d’entrer dans cette CDC puissante à côté de chez nous me sidère. C’est une grosse erreur pour l’avenir de notre commune car, avec tous ces changements dans nos territoires, vers des contraintes de gestion tant économiques qu’urbanistiques ; si nous voulons développer notre attractivité et pouvoir accueillir des TPE ou PME, il va falloir de plus en plus de connaissances pointues pour monter les dossiers et des moyens administratifs accrus. En se rapprochant de Vierzon, qui de plus, souhaite nous accueillir, nous apporterait des synergies pour mettre tous ces projets en œuvre et maintenir la vie et la démographie dans notre commune. Nous devons maintenir une population jeune pour redynamiser le village. Les pays de Bourges et de Vierzon se sont rapprochés ; c’est bien un signe que le temps des ambitions partisanes est révolu et que seul, l’intérêt général doit compter. Nous sommes redevables de tout cela face à nos concitoyens à qui nous devons offrir de bonnes conditions de vie dans nos villages. Nançay possède des atouts indéniables mais ne pourra plus faire seule. Notre commune lutte contre cet isolement en s’appuyant sur son tissu associatif important qui produit tout au long de l’année des évènements donnant de belles animations dans le bourg ; un plus aussi pour notre développement touristique ».

Des atouts indéniables

Le passage touristique existe toutefois toujours avec comme ancrage, l’histoire de Nançay avec le roman “Le Grand Meaulnes” mais aussi, les arts comme la galerie Capazza de renommée internationale avec des artistes incarnant l’art contemporain dans tous les registres. Art’s Deco du maître laqueur Rémi Maillard, labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant par le Ministère de l’Économie et des Finances ; l’atelier de La Fadette où Bernard Patrigeon fait découvrir sa passion de la peinture, de la sculpture par ses créations. C’est aussi le musée Alain Fournier, un Office de Tourisme remarquable d’authenticité et judicieusement agencé recevant bon nombre d’artistes. Lieu également où le touriste s’arrête : l’église Saint-Laurian et sa fresque dessinée par une artiste locale. Le château, qui a ouvert cet été ses portes au public, événement rarissime, salué par le maire et le village. Les commerces, malgré les difficultés économiques, tiennent bon (20 sont encore présents avec des spécialités comme le saucisson aux girolles, la confiture d’oignon et les fameux sablés), entreprises de travaux publics, du bâtiment, d’extraction d’argile, d’élevage, conserverie, confitures, artisans en ferronnerie d’art, abat-jour, patine sur bois, coiffure, institut de beauté. Un complexe sportif avec des vestiaires refaits à neuf, un lavoir complètement restauré sans subventions grâce à la compétence des employés territoriaux. Un gros chantier, en passe d’être réalisé, est la réhabilitation de la station d’épuration qui, après deux années de travail pour boucler le dossier, est enfin prête (1,350ML d’euros financée à 80% par l’agence de l’eau, l’État et le Département) et bien d’autres actions dans cette mandature. Parler de Nançay c’est inévitablement faire un détour par le centre de Radio Astronomie. Le grand télescope, monument métallique en pleine Sologne bâti voilà plus de soixante ans (inauguré il y a cinquante ans par le Général de Gaulle) qui traque jour et nuit les comètes, ausculte les pulsars (étoiles en fin de vie) et tente de remonter aux origines du cosmos. Le Pôle des Etoiles, centre de médiation scientifique qui permet aux visiteurs et curieux de découvrir l’astronomie et les sciences de l’univers. Côté loisirs, un Golf attractif et un Parc accrobranche pour les accrocs de sensations fortes. L’étang de La Chaux est un site de randonnée et de pêche, comme les chemins de randonnée pédestre ou à vélo à travers les cinq communes de la communauté des Villages de la Forêt : Nançay, Neuvy-sur-Barangeon, Vignoux-sur-Barangeon, Saint-Laurent et Vouzeron. Un centre de loisirs qui ouvrira désormais durant toutes les vacances scolaires etC. La chasse bien évidemment car elle a, avec la Sologne, une très longue histoire commune et fait de Nançay un vaste territoire voué à l’art cynégétique. Alors, pourquoi ne pas reprendre à notre compte les paroles d’Alain Fournier lorsqu’il revenait passer des vacances dans le village natal de son père Auguste et humer les senteurs de la boutique de l’oncle Florent dit Florentin : « Le lieu du monde que je préférais », ou selon les lignes de Michèle Dassas et Gérard Bardon (dans “Balades du Grand Meaulnes en Sologne et en Berry”, éditions CPE) : « …il me remonte maintenant toute la poésie immense, je n’exagère rien de ma vie, de la vie là-bas… »

Jacques Feuillet