Neung-sur-Beuvron – Unir ses forces pour lutter contre la désertification médicale

Le 16 novembre a eu lieu à Ecoparc une présentation à la presse du dispositif PAÏS initié en Loir- et-Cher en 2008 par Patrick Expert, directeur du centre hospitalier Simone Weil de Blois et l’urgentiste Isaac Gbadamassi.

La Plateforme Alternative d’Innovation en Santé, née à Saint-Georges-sur-Cher et financée par l’Agence Régionale de Santé du Centre, la Caisse primaire d’assurance maladie, la Mutualité française du Centre et Harmonie Mutualité, consiste à mettre en réseau des médecins généralistes qui exercent, en cabinet médical isolé ou regroupé, sur un même territoire, afin d’améliorer leurs conditions de travail, de relancer la prévention et l’éducation et de réduire le recours inapproprié aux urgences, tout en favorisant l’accès aux soins de proximité et de prévenir les risques de désertification médicale. Il concerne actuellement vingt deux médecins généralistes volontaires exerçant sur le territoire de quatre communautés de communes dans la vallée du Cher et en Sologne, soit sur un territoire de cinquante mille habitants.

Chaque médecin adhérant au dispositif assure des journées d’astreinte selon un rythme prédéfini en mutualisant les informations relatives à ses patients avec celles de ses confrères adhérents à PAÏS sur le territoire. Ainsi les habitants des territoires concernés peuvent recevoir une réponse médicale entre 8 h et 20 h du lundi au vendredi, et entre 8 h et 12 h le samedi, ce qui a permis de réduire d’un tiers le recours aux urgences hospitalières. En contrepartie, le médecin reçoit un paiement forfaitaire de 100 euros par astreinte, auquel s’ajoutent les consultations payées par les patients. Le deuxième volet de PAÏS prévoit la professionnalisation du secrétariat avec une aide à l’embauche d’une secrétaire de 430 euros par mois et par médecin.

«  PAÏS a fait ses preuves dans un contexte de désertification médicale, très douloureux pour nos territoires ruraux, reconnaît Guillaume Peltier, député de Loir-et-Cher et conseiller régional. Nous souhaitons que ce dispositif de mise en relation des médecins qui permet de désengorger les urgences, aille plus loin. Je vais donc d époser un vœu au Conseil régional afin que ce dispositif soit étendu à tout le Centre-Val-de-Loire et demander une audience au ministre de la Santé. »

F.M.