Orléans – Portraits croisés au musée des Beaux-arts

Le 25 novembre afin de célébrer le nouvel aménagement des salles du premier étage du musée consacrées au XVIIIe siècle, l’ensemble orchestral baroque des Folies Françoises a présenté deux « sets » musicaux, au cœur des toiles et des sculptures de la salle des grands formats, avec Béatrice Martin au clavecin et Patrick Cohen-Akenine au violon, plongeant le spectateur dans l’époque où ces oeuvres ont été créées. La première demi heure était consacrée à l’époque de Louis XIV avec des œuvres de François Couperin que l’on peut retrouver dans le dernier album de l’ensemble, Portraits croisés, et la deuxième à celle de Louis XV, dans une atmosphère plus galante avec des compositeurs  comme Jean-Philippe Rameau, Jean Marie Leclair et Antoine Forqueray.

« Ce fut un plaisir pour Béatrice et moi de jouer au milieu de tant de beauté, reconnaît Patrick Cohen-Akenine, directeur des Folies Françoises. Ce concert est donné en hommage aux magnifiques tableaux qui ornent la salle des grands formats dont l’acoustique est très belle.  Notre musique correspond à cette esthétique car au XVIIIe siècle, les compositeurs dans le sillage de Couperin qui innova ce style,  faisaient des portraits en musique. »

« Depuis 2016 jusqu’en 2021, les différentes salles du musée des Beaux-arts font l’objet de réaménagements, explique Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans et conservatrice des collections de 1750 à nos jours. Ces travaux se font à musée ouvert, étage après étage. Cela a commencé par le second étage qui abrite les collections allant de la fin du XVe siècle à 1670. Le premier étage d’une superficie de 1500 m² qui concerne des œuvres de 1670 à 1815, dont cinquante qui proviennent du château de Richelieu  a été réouvert en mai. L’idée est de redonner le sentiment des périodes présentant le maximum d’œuvres et en choisissant pour chaque salle des teintes en accord avec les œuvres présentées et en mélangeant les différents arts, peinture, sculpture, arts décoratifs… La musique restait le seul élément à introduire, ce qui fut chose faite avec ce concert qui donne un sens complet aux œuvres exposées. Nous invitons régulièrement des musiciens et d’autres artistes au musée des Beaux-Arts car c’est important de décloisonner les arts car cela permet de mieux ressentir et donc mieux comprendre une époque. »

Jusqu’au 13 janvier, le musée des Beaux Arts propose une exposition « De Vouet à Boucher, au cœur de la collection Motais de Narbonne proposant quatre vingt toiles de peintres français et italiens du XVIIe et du XVIIIe siècle. La famille Motais de Narbonne, très sensible au partage de l’art vers le plus grand nombre et les publics empêchés, offrira d’ailleurs un tableau de leur collection qui va rejoindre la collection permanente du musée des Beaux-Arts.

F.M.