Romorantin – Rigoletto, un opéra « hors les murs »


Samedi 13 octobre, le G.I.L., Groupe d’Intervention Lyrique, s’installe sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour donner le célèbre opéra de Giuseppe Verdi.
Le G.I.L. est une association de chanteurs lyriques qui, en marge de leurs carrières internationales et hors des murs de l’Opéra, nous proposent des œuvres d’opéras populaires, chantées sur orchestre et surtitrées en français. Rigoletto à Romorantin ? Une longue histoire… À l’origine, le bouffon Rigoletto est l’avatar d’un autre bouffon célèbre, Triboulet, natif de Blois. Ce dernier conseillait François Ier dans ses aventures politiques et galantes. On se rappelle qu’avant que Chambord ne lui soit préféré, c’est Romorantin que François Ier et Léonard de Vinci imaginèrent devenir le « centre politique » de la France. On peut donc parier que le spectacle de samedi n’est pas la première visite du bouffon Triboulet-Rigoletto en Sologne. Et cette visite va se prolonger dans la région tout au long de l’année 2019 ! Cette avant-première de Rigoletto à Romorantin marque le coup d’envoi d’une longue tournée dans la région Centre-Val de Loire. En effet, le spectacle a été labellisé pour participer aux opérations « Leonardo, 500 ans de RenaissanceS ». Mise en scène efficace, dramaturgie ciselée, ce Rigoletto trace une voie nouvelle dans la longue histoire de l’opéra romantique. Comme l’annonce Jean-Michel Baudoin, le dramaturge : «C’est l’histoire simple et tragique d’une malédiction, qui peut frapper chacun d’entre nous ! Nous avons concentré la partition sur l’essentiel : les trois personnages.» Il s’agit de Rigoletto (Baryton), Gilda, sa fille (Soprano) et le Duc (Ténor) qui chantent en italien. La traduction française est affichée par le régisseur qui assure aussi la diffusion d’un orchestre impeccable. L’expérience est une réussite. Est-ce la proximité des chanteurs dont la technique vocale est époustouflante ? La véracité de leurs costumes ? La puissance du décor ? La compréhension de l’histoire ? Dès la première des 50 minutes que dure le spectacle, nous plongeons sans retenue dans la spirale inexorable de l’intrigue. Christophe Ménager, chanteur et producteur du spectacle témoigne : « Pour le public, quand nous chantons hors des murs de l’Opéra, il n’y a plus d’élites, il n’y a plus d’ignorants. Tout le monde s’y retrouve, enivré de musique, de vibrations vocales, amoureux de ces histoires terribles qui touchent au cœur.» L’entrée est libre, le spectacle commence à 17h samedi 13 octobre sur le parvis de l’Hôtel de Ville.