Saint-Aignan-sur-Cher – Éric Carnat a voulu voir le Sénat, il a vu Gérard Larcher

De gauche à droite, le sénateur Jean-Marie Janssens, Gérard Larcher et le maire éric Carnat. (Photo présidence du Sénat).

 

Le maire de la vallée du Cher est monté à la capitale fin octobre. Pour la photo souvenir et aussi une poignée de sujets inhérents à sa commune.

Rodolphe Delord, le directeur du zoo de Beauval, le lundi au petit-déjeuner, puis le maire Éric Carnat le jeudi pour l’apéro de midi ! « C’est mon côté épicurien, » plaisantera ce dernier. Boutade mise à part, le président du Sénat aura eu de la visite le mois dernier, estampillée 41, dans son bureau de la rue de Vaugirard. Pendant une quarantaine de minutes, l’édile saint-aignanais se sera entretenu avec l’élu parisien. La voix des campagnes du Loir-et-Cher aura-t-elle été captée par le réceptacle sénatorial de la ville Lumière ? Si l’on écoute éric Carnat, le courant semble passé ou, tout au moins, le maire aura obtenu une oreille attentive. Au cours de la discussion, des sujets locaux, mais également nationaux, auront été abordés :  services publics, santé, pompiers, centre-ville, tourisme… Palabrer, c’est sympathique (surtout à l’apéro, qui plus est dans les hautes sphères), mais ce contact sera-t-il utile par la suite ? « Oui. Et il est important qu’à Paris, ils entendent bien » a répondu Eric Carnat.
« Gérard Larcher m’a fait remarquer que je suis un maire hyperactif! Il le faut ; nous, les maires, assumons de plus en plus de missions, et des idées locales peuvent servir d’exemples en national, au moment de lancer des projets de lois notamment. J’ai d’ailleurs proposé à M. Larcher de venir à Saint-Aignan constater par lui-même. » Avec deux ministres en Loir-et-Cher, il n’était peut-être pas nécessaire de parcourir autant de kilomètres ? Hormis pour la photo souvenir. Taquinerie facile laissée de côté, la vie de la commune de Saint-Aignan suit son cours avec des projets dans les cartons de la municipalité. Une façade fraîchement colorée a notamment été inaugurée samedi 10 novembre, en présence du député LR Guillaume Peltier. Ladite vitrine, sise 14 rue Constant-Ragot,  a été réalisée par l’artiste Lionel Marinier. «Deux bâtiments se trouvaient au pied de l’église,» a expliqué Eric Carnat. « J’envisage d’y créer un salon urbain, c’est-à-dire une place où il y aura des bancs, où les gens pourront flâner. Mais également une boutique des couleurs avec des artistes et commerçants qui y seront installés en période estivale. » De là à ce que le maire à l’étiquette divers droite (DVD) voit la vie en rose…

E. Rencien