Salbris : Atelier de valorisation du gibier en vue

Depuis le temps qu’on en parle, une unité de transformation de gibier, vieux serpent de mer de la communauté de communes de la Sologne des rivières, va, peut-être, voir le jour à Salbris. Le terrain est acheté et l’ouverture est programmée pour l’été prochain…
En dépit d’un important potentiel en région Centre-Val de Loire, la viande de gibier ou venaison est peu consommée en France en dehors des foyers des chasseurs. Pourtant elle est, selon ses aficionados, d’une exceptionnelle qualité tandis que l’essentiel du marché est issu d’importations. En Sologne, ce constat a été fait voilà des lustres déjà. Des solutions ont germé de ci de là mais rien n’a jusqu’alors abouti. Pourtant ce n’est pas faute d’essayer.
La dernière présentation à la presse pour un projet de création d’une plate-forme de transformation du gibier remontait à 2017. Là, Olivier Pavy, maire de Salbris et président de la communauté de communes Sologne des rivières ; Guillaume Peltier, conseiller régional ; Hubert-Louis Vuitton, président de la Fédération des chasseurs de Loir-et-Cher ; Blandine Terrier, de la Chambre d’agriculture avaient ressorti un vieux dossier. Et c’était fait, en 2018, le projet devait aboutir… La région avait lancé une étude à 50 000€, La société Le Solonais de Neung-sur-Beuvron devait se charger du laboratoire de transformation du gibier. L’usine devait alors s’installer à Selles-Saint-Denis sur la réserve foncière prévue à cet effet dans le Jardin d’entreprises et Guillaume Peltier assurait, dans la NR, avoir « reçu de Stéphane Mulliez (famille d’Auchan) son accord pour commercialiser les produits de l’usine ». D’abord soutenu par le vice-président du Conseil Général et maire de Selles-saint-Denis ; Michel Leroux, puis par Pierre Maurice, autre maire sellois, le projet, comme ses prédécesseurs sur le sujet depuis le début des années 2000, avait depuis été porté disparu.
Cette fois l’Arlésienne est de retour avec Luc Moreau, en porteur de la nouvelle opération, soutenu par 2 investisseurs qui travaillent dans le secteur boucherie à Rungis et possèdent des propriétés en Sologne. L’implantation d’un atelier de « collecte, de découpe et de transformation de gibier » serait réalisée sur le site de la friche industrielle « Painsol » à l’entrée Sud de Salbris. Sur les 16 000m2 d’emprise de l’ancienne usine de fabrication des « Nonettes », environ 5 ha seraient consacrés à la nouvelle activité. À l’horizon de l’été 2021, une quinzaine de postes seraient créés sur place. Rien n’est acté quant à la durabilité des emplois qui pourraient être tout autant saisonniers qu’à temps complet.
Une certitude, dans une vidéo, le promoteur Luc Moreau a présenté le nom de ce phénix qui une fois encore renaît de ses cendres. Ce sera Sologne Gastronomie. L’appellation a cependant déjà été modifiée en Sologne Venaison sur la Toile (Chasse Passion)…
F.S.