Un peu de verdure dans ce monde de brutes

JARDIN SUR LE GÂTEAU Les festivités des 500 ans de la Renaissance en Val de Loire prévues pour 2019 approchant à grands pas, chacun commence à préparer les petits plats dans les grands. Au château royal notamment.
E. Rencien


Quatre styles architecturaux et il est l’un des symboles de l’excellence à la française. Le château royal de Blois annonce de surcroît une (re)naissance, celle de l’avènement d’un jardin sur ses terrasses à partir du printemps prochain. « L’idée est de rendre le lieu plus agréable, propice à la détente, de le valoriser et pourquoi pas, d’y accueillir des expositions, des concerts, etc.,» ont expliqué le maire de la Ville, Marc Gricourt, et Elisabeth Latrémolière, conservatrice en chef et directrice du site. Le projet mêlera esprit créatif contemporain et clés de lecture historiques. Le chantier débutera au mois de janvier et s’étendra sur cinq mois. Le budget induit pèse 540 000 euros HT, financé à 53 % par 8 mécènes, parmi lesquels en première ligne, la banque CIC Ouest qui plante 180 000 euros dans ce futur espace vert blésois. La ville de Blois, maître d’ouvrage avec la conservation du château royal, soutient évidemment également le dit dossier, à l’instar de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), la conservation régionale des Monuments historiques, et du service régional de l’archéologie.

Culture et quiétude
Passées ces considérations pécuniaires, plongeons dans le vif du sujet. Une visite guidée inédite, baptisée « les jardins de l’histoire »*, complètera l’ensemble paysager, dont la maîtrise d’oeuvre a été confiée aux agences, Trait Carré architectes et Tendre Vert, du 19 mai au 1er septembre 2019, tous les dimanches à 15 heures. Sinon, dans le détail, ce poumon vert à naître dans les murs du château de Blois, pour le moment esquissé sur le papier, s’inscrira dans la tradition des jardins en terrasses qui s’étendaient jadis in situ sur plus de 10 hectares. Pour visualiser plus amplement, imaginez un jeu de niveaux créant deux espaces distincts. D’un côté, une inspiration verdoyante faisant écho à l’herbier de la reine Anne de Bretagne, soit une terrasse ombragée, parsemée de marronniers et de cèdres centenaires, déployant roses anciennes, narcisses, iris, acanthe, hellébore, rendant hommage au passage à la première épouse de François Ier, Claude de France, via l’implantation de prunus, le tout offrant une pause à la fois botanique et poétique. De l’autre, un belvédère agrémenté de dalles en pierres, da rampes et de bancs, souligné de plusieurs terrasses minérales, d’arbustifs et de massifs floraux, s’épanouira, valorisant la tour du Foix et le cabinet astronomique de Gaston d’Orléans, invitant à la détente et à prendre de la hauteur en profitant d’une vue paranomique sur la cité, la vallée de Loire, le pont François-Mitterrand et l’église Saint-Nicolas. Avant-après. Et l’amont, justement? Saviez-vous que Louis XII, peu de temps après son mariage avec Anne de Bretagne, ordonna l’aménagement des jardins exécutés par le prêtre napolitain Don Pacello da Mercogliano, ou encore que le prince Gaston d’Orléans, frère du roi précité, de retour en 1635 à Blois après plusieurs années d’exil, donna vie à un véritable jardin d’Eden qualifié en 1663 par Jean de la Fontaine du « plus parfait qui fut au monde » ? Et bien d’autres « secrets » essaimés au fil de l’Histoire, à découvrir au château royal de Blois. Se cultiver en se promenant. Respirez. Et humez la richesse enchanteresse du Val de Loire, inutile d’avoir la main verte…

*Ouverture des jardins au public à partir du printemps 2019, sans supplément sur le prix d’entrée au château. Visite guidée sur réservation, avec supplément sur le prix d’entrée (+ 5 euros).
Evolution du chantier à suivre sur www.chateaudeblois.fr

En chiffres ▶
2 120 m2 de jardins
580 m2 de pelouses
450 m3 de terre végétale
253 m2 de dalles de pierres
36 espèces de plantes
580 végétaux plantés
10 arbres centenaires conservés


Avant…

 

Et aussi… ▶
En attendant de flâner au jardin, êtes-vous prêt(e)s à découvrir la collection automne-hiver ? Résidence favorite de 7 rois et 10 reines de France, le château royal de Blois n’a rien à envier aux défilés actuels. Suivez la mode à l’intérieur des murs…Il y a plusieurs siècles, les premières fashion victimes, François Ier, Catherine de Médicis ou Henri III paradaient au château dans des fraises, des jupons armaturés et autres corsages montants. Il n’y avait pas encore de « it bag » mais déjà des éventails, des ombrelles et des mules à semelle épaisse, très convoités par la Cour. Véritable immersion dans un vestiaire résolument vintage, le château dévoile les costumes iconiques de deux périodes majeures qui ont marqué son histoire : la Renaissance et le XIXe siècle ! Présentés dans les appartements royaux, ces costumes ont été créés à partir de pièces d’époque, tableaux et gravures. Ces habits de cour, robes de promenade et autres tenues de bal illustrent ainsi la richesse et la diversité des styles vestimentaires mais aussi la transformation des silhouettes et l’évolution modesque. Une plongée dans le taffetas, les crinolines et la mousseline, au temps où le château recevait ses hôtes illustres… L’exposition « collection automne-hiver, une histoire de mode » est à admirer jusqu’au 6 janvier 2019. Canon (de beauté), non ?

Après…