Un point sur la Zone industrielle du Val de Cher Controis

Agence Caraty Poupart-Lafarge.Architectes

Le développement et les installations se poursuivent

La réussite industrielle du Val de Cher Controis, son pôle agroalimentaire, c’est d’abord une histoire d’opportunité, ou plutôt l’histoire d’une équipe qui a su saisir les opportunités et prendre les mesures pour les mettre en oeuvre. La réussite s’appuie principalement sur la valorisation des ressources de l’existant. Au-delà de la création entrepreneuriale, le Val de Cher Controis est aussi un territoire en mouvement tourné vers l’avenir et les initiatives des futurs chefs d’entreprise. C’est dans cet esprit d’innovation que l’incubateur de Food Val de Loire a trouvé toute sa place. Véritable laboratoire d’idées et réservoir des projets de
demain, cette structure, portée par la CCI 41 a pour mission d’accompagner les futurs entrepreneurs dans la concrétisation de leurs projets et de leur assurer un appui en termes de conseils et de financement. Dans le Controis, le dynamisme et la volonté paient !
Bénéficiant d’une forte attractivité depuis quelques années, le territoire connaît un développement industriel continu.
Du nouveau sur la ZA de la Communauté de Communes :
-Le renforcement du pôle agroalimentaire avec l’arrivée de Max Vauché, HPP Nutrition, Terra Ceres…
-L’installation de Val-de-Cher Contrôle (pour les poids-lourds) sur Vaux-Robert.
-La création d’un cinquième village avec 5 nouvelles entreprises :
• Garage Renault • New Elec (électricien) • Atelier Classique et Racing (restaurateur de voitures anciennes)• New-DisFrance (distributeur de pièces auto pour professionnels) •Un centre de contrôle technique.
-Le développement de la Cecab d’Aucy en vue d’en faire son premier site industriel de logistique, de stockage et de transport.
Derniers points mais pas des moins intéressants, l’ouverture d’un atelier de formation en agroalimentaire et d’un laboratoire de transformation de gibier.

Jean-Luc Brault, président de la Communauté de Communes Val de Cher Controis


« Tout est une question de volontarisme, il faut se battre pour les emplois… et donc oui le développement de la zone industrielle de Contres, en particulier sur le Pôle agro-alimentaire, va se poursuivre et s’amplifier. Actuellement sur les quelques 150 hectares de cette zone, 115 sont occupés avec 35 hectares pour la technopole agro, restent donc environ 35 hectares disponibles. Sur ces derniers, Saint-Michel en occupera une partie (15 ha). De plus, l’Incubateur, occupé par des porteurs de projets innovants, va doubler sa surface et passer à 2. 000 m2. Dans l’avenir, mon souhait le plus cher serait d’accueillir dans cette zone industrielle des entreprises à vocation administrative afin d’augmenter la mixité économique.
Un mot sur nos villages d’entreprises, notre succès résulte du modèle économique mis en place. Modèle repris dans la France entière et qui consiste à repérer des talents, des idées, des envies qui, souvent ne trouvent pas de solutions dans le système économique et administratif actuel. La méthode est simple et efficace : accompagnement à la création d’entreprise et portage du projet immobilier.
Le dernier construit est d’ores et déjà complet et nous prévoyons une prochaine construction. »


Ça bouge sur le Pôle agroalimentaire Food Val de Loire

Accueil de classes Ecoles Ingénieur/Université, de délégation groupe entrepreneurs…

Le Loir-et-Cher est le 2e département agroalimentaire en région Centre-Val de Loire. Les produits issus de l’agriculture locale sont rarement transformés au sein de la même de la Région. C’est en partant de ces constats que l’idée de Food Val de Loire est née. L’objectif affiché est de développer une filière spécialisée dans l’agroalimentaire en région Centre. Food Val de Loire s’inscrit dans une démarche de préservation des savoir-faire en matière de développement agroalimentaire en garantissant une production de qualité et une traçabilité des produits alimentaires.


Un cluster dynamique
et un incubateur qui double sa surface

Rencontre trimestrielle des membres du Cluster « Fabrique des Idées ».

Le dispositif Food Val de Loire s’articule autour de plusieurs structures complémentaires. L’Agroparc de Contres réunit au sein d’une même zone d’activités des entreprises industrielles, artisanales et tertiaires de l’agroalimentaire.
Le Cluster Food Val de Loire est un collectif accélérateur de connexions inter-entreprises et un support à l’émergence d’actions mutualisées et de projets collaboratifs, il regroupe près de
200 membres, avec des profils différents : établissements de formation, recherche publique ou privée… et principalement des entreprises, de taille variable : indépendants, TPE, PME, ETI, groupes régionaux, aux activités diversifiées, représentant différents maillons de la filière agro-alimentaire. De la production agricole en amont, en passant par la transformation, la distribution, la restauration en aval, les fabricants d’emballages et équipementiers, les prestataires de services spécifiques au marché alimentaire. On y retrouve des membres solognots locaux comme des grands noms régionaux ou nationaux.
Situé au cœur du pôle agroalimentaire, l’Incubateur d’innovations est un lieu à disposition des porteurs de projets innovants. Pierre Berneau-Merlet, Pascal Badoux, Christelle Saupin sont les animateurs des lieux : « C’est un dispositif d’ingénierie de création d’activités innovantes dédié à l’agroalimentaire, avec de l’accompagnement incluant des livrables, des mises en relation,… Il accompagne actuellement prêt de 20 projets d’entrepreneuriat s’intéressant à des aliments (Comme des Papas, Terra Cérès, Gryö, So Chèvre,…) ou à des procédés de transformation ou contrôle (NBread Process,…) et dont le caractère novateur peut provenir de la matière première employée (végétaux riches en protéines ou antioxydants, revalorisation des co-produits,…), du mode de transformation employé (transformation douce conservant les qualités de la matière première,…), du marché visé (alimentation infantile ou sans allergène,…)… 4 jeunes entreprises sont hébergées dans les 1. 000 m2 d’ateliers aux normes alimentaires qui avec des bureaux et salles de réunions constituent la 1ère tranche du bâtiment. La surface de l’incubateur va d’ailleurs doubler dans les prochains mois et passer à 2. 000 m2 avec bientôt le soutien du Crédit Agricole (lire ci-après). »
Dans un esprit de partenariat gagnant gagnant, Food Val de Loire est mené en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre d’Agriculture, et la Communauté de Communes qui aide au financement du fonctionnement, la mise à disposition de locaux et la mise en relation avec d’autres entreprises du parc.


Le Crédit Agricole partenaire au Food Val de Loire

Alain Courtois, initiateur avec Jean-Luc Brault, du Pôle agroalimentaire, explique le partenariat prochain avec le Crédit Agricole : « Président d’honneur de la CCI 41, le président, Yvan Saumet m’a désigné délégué pour le Food Val de Loire, ce dont je m’acquitte avec enthousiasme. A l’origine, seule la CCI devait porter son extension, mais grâce à des négociations avec le C.A., ce dernier a souhaité s’investir sous leur programme « Village by C.A. » sur le projet d’implantation. Un « Village by C.A. » étant un lieu partagé réunissant des start-up innovantes qui peuvent se constituer plus aisément un réseau et créer des connexions de business. Une SAS, porteuse du foncier et de l’immobilier a été décidée, 50% par le C.A. et 50% par la CCI, pour financer le doublement de la surface de l’incubateur. La construction sera effective en 2019. »


Ils s’installent :

Max Vauché, Maître Artisan chocolatier


De l’histoire à sa dégustation, la chocolaterie Max Vauché symbolise à elle seule la culture du chocolat. Il possède trois magasins: à Blois (ouvert en 1986), à Orléans (depuis 2009) et à Bracieux. « J’avais besoin d’espace et ne pouvant assurer le développement du site bracilien, zone inondable, j’ai rencontré Jean-Luc Brault et, comme à l’habitude avec le président du Val de Cher Controis, nous avons rapidement trouvé un accord et le terrain nécessaire. Le pôle agro de Contres connaît un développement spectaculaire et cela semblait logique de le choisir pour une installation. Nous nous installerons en face de la société Saint-Michel où nous construirons un atelier de production et un magasin de vente courant 2020. La maîtrise d’œuvre est lancée. Bien entendu le site actuel de Bracieux reste ouvert à la clientèle. »


HPP Centre

Première rencontre en mars, ouverture en fin d’année, une vue des travaux entamés.

Yves et Muriel Parvanchère, les responsables de l’entreprise sont enthousiastes lorsqu’ils expliquent le pourquoi du choix de Contres: « L’efficacité et le dynamisme de Jean-Luc Brault sont exceptionnels, tient à préciser d’entrée Yves Parvanchère. Notre première rencontre date de mars 2018 et nous serons opérationnels fin décembre prochain. Nous avons reçu un accueil formidable et Contres est un carrefour alimentaire important dans la région. La période d’« incubation » et d’accompagnement par la filière a été très performante. En témoigne la rapidité avec laquelle notre projet va aboutir.
Nous allons installer une unité de traitement par haute pression hydrostatique de produits alimentaires emballés HPP (High Pressure Process), une sorte de pasteurisation à froid. Les avantages présentés par cette technique sont multiples. Elle permet d’améliorer la conservation des produits, en maintenant leur fraîcheur naturelle et leur qualité organoleptique et nutritionnelle. Elle constitue ainsi une réelle alternative aux traitements thermiques classiques. Par ailleurs, ce procédé n’entraîne qu’une faible modification de la couleur et du goût des aliments, elle diminue la flore bactérienne et n’altère pas les vitamines contenues dans les produits. Nous recevrons des produits emballés et nous les traiterons. Notre formation et notre job actuel de consultant nous permet en outre d’apporter en plus conseils et accompagnement. Nous avons en outre l’intention de créer un « Clean Label » garantissant des produits sans additifs. Nous en reparlerons, l’ouverture est prévue en décembre prochain. »


Terra Céres

Spécialisée dans la production d’aliments bio et sans gluten, la jeune société Terra Cérès, installée au sein de l’incubateur Food Val de Loir de Contres depuis décembre 2015, va se doter de capacités industrielles. Fabienne Ermel et Eric Blondeau les responsables nous ont fait part de leur satisfaction: « Terra Cérès quittera l’incubateur pour installer une usine de production et de stockage d’environ 2. 000 m2 avec possibilités d’extension future. Le projet va se mettre en place en 2019 avec un déménagement dans les nouveaux locaux prévus en 2020. Le financement du foncier (environ 10. 000m2) et de l’immobilier est porté par la Com Com Val de Cher Controis, séduite par le projet. Nous tenons à cette occasion à faire part de l’immense satisfaction donnée par ces quelque quatre années passées ici. Nous avons bénéficié d’un accueil et reçu tous les soutiens nécessaires au développement de notre projet grâce à l’équipe formidable de Food Val de Loire. Sans oublier la disponibilité et la réactivité de la Communauté de Communes Val de Cher Controis. »
Rappelons que Terra Cérès met au point des recettes de pains frais et de pâtisseries moelleuses bio, sans gluten, ni blé, ni maïs, ni soja, ni produits d’origine animale, sans additifs, ni conservateurs et arômes.


Un atelier de formation pour l’agroalimentaire

Les prochains jours verront l’ouverture d’un atelier de formation moderne et spacieux en partenariat avec les gros groupes présents sur le site, ces derniers fournissant les machines nécessaires à la formation.
Cette formation, réalisée en collaboration avec l’IFRIA Centre Val de Loire (Institut de Formation Régional des Industries Agroalimentaires) s’étalera sur 6 à 12 mois et sur 3 thèmes: AGROForma, conducteurs de lignes, AGROForm, pilotes de lignes de production et AGROTeam, techniciens de maintenance. Une douzaine de postulants est attendue pour cette rentrée.


Ils devraient s’installer :

Un laboratoire pour la transformation du gibier

Les contacts avec des investisseurs sont bien avancés pour la construction d’un laboratoire de transformation du gibier solognot ainsi que des contacts avec les possibles marchés et débouchés: « Pourquoi un laboratoire et non une usine ? Parce que tout d’abord cette filière existe déjà et qu’une usine au niveau régional ne serait pas rentable, explique Jean-Luc Brault. Un petit laboratoire avec des charcutiers professionnels pour mise au point de produits de chasse transformés bien spécifiques me semble plus pragmatique. J’ajoute que, sans mise sur le marché, sans débouchés commerciaux, la transformation ne servirait pas à grand chose et nous avons sur le site des professionnels de la distribution. Le local est d’ores et déjà trouvé et un professionnel semble intéressé. Du nouveau courant 2019… »

Meat Me

Meat Me étudie la possibilité d’installer un laboratoire d’affinage et de préparation de viandes séchées: boeuf et agneau. Les responsables sont des mordus de gastronomie qui croient en une charcuterie qui fait sourire: saine, gourmande et solidaire. Leur mission, faire des produits terriblement bons et sains: Biltong de bœuf, mariné et séché au piment péri péri plus ou moins épicé ou avec une pointe d’ail; Fenalar, jambon d’agneau affiné classique ou mariné. Parfaits pout l’apéro, en salade ou en cuisine. A suivre.
D’autres Start-up dans le domaine de l’agroalimentaire pourraient suivre si l’on en croit l’intérêt porté après les visites de l’incubateur et du cluster.


Communauté de communes
15 A rue des entrepreneurs 41700 Contres
Tél. 02 54 79 15 50 – Fax 02 54 79 24 82
www.val2c.fr – www.food-valdeloire.com
Horaires d’ouverture : Du lundi au vendredi : de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email