Une convention pour faire face aux mutations agricoles

OUTILS La Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher, la direction départementale des territoires de Loir-et-Cher, la Mutualité sociale agricole Berry-Touraine et l’Observatoire de l’économie et des territoires ont signé le 26 novembre une convention partenariale pour la mise en place d’une observation mutualisée de l’agriculture.

Chloé Cartier-Santino

L’agriculture est aujourd’hui confrontée à des mutations sans précédent et elle doit s’adapter continuellement. L’ensemble des acteurs de la sphère agricole doivent donc appuyer leurs réflexions et baser leurs actions sur des données récentes, fiables, actualisables et mobilisables à un niveau géographique spécifique. Cependant, les données statistiques agricoles étaient dispersées au sein de plusieurs entités. Suite à ce constat, la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher (CA 41), la direction départementale des territoires de Loir-et-Cher (DDT 41), la Mutualité sociale agricole Berry-Touraine (MSA) et l’Observatoire de l’économie et des territoires ont signé une convention partenariale pour la mise en place d’une observation mutualisée de l’agriculture en centralisant une partie de leurs données. Ce regroupement permettra de mieux connaître les dynamiques à l’œuvre dans le domaine agricole afin d’améliorer l’accompagnement des professionnels et de leurs partenaires. « Ce partage de données va nous permettre d’être plus efficaces, plus efficients, plus économes et plus réactifs pour les territoires », précise Philippe Noyau, président de la CA41.

Un Observatoire unique en France

C’est l’Observatoire de l’économie et des territoires qui centralisera et exploitera les données dans le respect de l’intérêt général. Cela se traduira par plusieurs actions : traitement et exploitation des données à différentes échelles géographiques ainsi que leur confrontation à d’autres sources de données (dynamiques démographiques, économiques et territoriales), mise en place d’indicateurs partagés actualisables (statistiques, graphiques ou cartes), mise en place d’un tableau de bord départemental auquel sera adossé un atlas réalisé à l’échelle des communautés de communes ou d’agglomérations, valorisation de ces travaux sous forme de couches SIG (*), intégrables dans les applications Web-SIG déployées par l’Observatoire, et enfin une accessibilité aisée et sécurisée à ces informations pour chacun des signataires via la plateforme Pilote41.fr. Cette plateforme partenariale administrée par l’Observatoire est dédiée à la connaissance fine des territoires de Loir-et-Cher et des départements voisins. Elle centralise des ressources existantes (statistiques, analyses, cartes, annuaires, données SIG, etc.) et des outils d’aide à la décision à destination des collectivités, des acteurs socio-économiques et des particuliers. « Désormais nous sommes le seul département français à avoir l’Observatoire, totalement indépendant, qui permet, par exemple, aux communautés de communes, d’analyser leur attractivité grâce aux flux et aux statistiques », explique Maurice Leroy, député et président de l’Observatoire de l’économie et des territoires, avant d’ajouter : « Cela nous a montré, par exemple, qu’il y a plus d’attractivité du bassin tourangeau vers les Blaisois ». A l’avenir, un atlas interactif sera également consultable par le grand public.

(*)Un système d’information géographique (SIG) permet d’acquérir, d’organiser, de gérer, de traiter et de restituer des données géographiques sous forme de plans et de cartes. Cette cartographie intuitive et évolutive peut superposer des données concernant différents domaines comme la démographie, l’urbanisme, le tourisme, les productions agricoles…

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email