Vierzon – La maternité ne fermera pas… à moins que ?

Le maire de Vierzon, Nicolas Sansu, avait annoncé l’organisation d’un référendum populaire, en décembre, sur l’avenir de leur hôpital, sur l’avenir du bloc opératoire, sur l’avenir de la maternité, certes sans valeur d’un point de vue juridique mais ô combien indicateur de l’état d’esprit d’une population, voilà quelques jours. Sur les réseau sociaux, la municipalité annonce désormais que « la maternité de Vierzon sera maintenue. C’est ce que la directrice de l’Agence Régionale de Santé a garanti hier au maire Nicolas Sansu qui avait rencontré mercredi matin à ce sujet le conseiller santé du Premier ministre Édouard Philippe. La pédiatrie qui fonctionne déjà en lien étroit avec la maternité n’est plus en cause et comme les maternités et les urgences ne peuvent fonctionner sans bloc opératoire, les discussions sur l’avenir et l’évolution de l’hôpital vont maintenant partir sur de bons rails… » De fait l’Intersyndicale de l’établissement a fait un pas en avant en décidant de se rendre à la réunion du 24 octobre, dans les locaux de l’ARS.
Cependant, toujours sur les réseaux sociaux et à la suite d’interventions auprès de certains organes de presse – nous n’étions pas conviés – la députée de la circonscription, Nadya Essayan, a probablement douché quelque peu les espoirs des grévistes. « Le conseiller santé ne lui a rien promis mais il l’a alerté sur l’urgence de remettre l’hôpital à flot. Je le sais, j’ai discuté longuement avec le conseiller santé après le passage du maire … » et d’ajouter que le maire devrait accepter les évolutions nécessaires parce « que les résultats de l’audit vont montrer qu’elles sont incontournables. » Comme quoi l’audit ne peut, ne pourra et ne devra, pas aller autrement que ce qui a, semble-t-il, déjà été décidé, soit dans le sens des volontés de l’ARS.
Une évidence donc, la capacité à remporter la mise devient de plus en plus rare quand les dés sont pipés en amont…
Fabrice Simoes