Associations, mes amours

C’EST D’ACTUALITÉ Début juillet, le monde associatif avait rendez-vous avec le conseil régional Centre-Val de Loire. Une journée de travail en ateliers, en plénière et tables rondes, pour rédiger la nouvelle mouture de la charte qui devrait être signée à la fin de l’année.

Stéphane de Laage

En rédigeant la loi de 1901, les parlementaires savaient-ils qu’il y aurait 1,3 million d’associations un siècle plus tard ? La région Centre-Val de Loire en compte à elle seule plus de 50 000, et les effets sont directs sur le fonctionnement de notre société. Les actions sont évidemment créatrices de lien social en suggérant l’implication citoyenne. « C’est dans le mouvement associatif que s’exprime la nature humaine », rappelait le président de Région François Bonneau. La « charte d’engagements réciproques » qui en cours de rédaction, associe l’ensemble des dirigeants associatifs, mais aussi les responsables techniques dans les collectivités locales et territoriales, pour faire en sorte que ce bien si précieux fonctionne au mieux et réponde aux besoins de la société. Car l’associatif est partout, au service des jeunes dans les clubs sportifs et culturels bien entendu, mais aussi de nos aînés pour les accompagner. « Il s’agit d’organiser la stratégie du monde associatif », poursuit François Bonneau, conscient que ces activités et ces emplois résistent à la crise et ne sont pas délocalisables. Jean-Louis Desnoues, vice-président du Mouvement associatif de la région Centre, précise : « Nous avons fait 26 propositions, notamment pour la professionnalisation, la contribution au développement durable ou encore pour la numérisation ».

Cap’Asso, un modèle unique

Au-delà du bienfondé et des idées louables que génèrent les associations, au-delà de la reconnaissance d’un modèle non lucratif, il persiste sous-jacent, un doute qui n’échappe pas à l’Etat, celui d’être floué. Il est d’ailleurs demandé aux associations de « valoriser » le travail de leurs bénévoles (sans parler des salariés) et d’en quantifier les heures, en plus de préciser bien-sûr le chiffre d’affaires éventuel. L’Urssaf veille au grain. Une preuve s’il en fallait de reconnaître que le model associatif est générateur de richesses, de compétences professionnelles, de services et de produits commerciaux. Les liens financiers qui lient les associations aux collectivités et à l’Etat sont très forts. « La région Centre Val de Loire consacre annuellement 10M€ à la vie associative, précise le vice-président en charge de l’économie Harold Huwart. Ce sont 1 500 emplois aidés au travers du système Cap’Asso, unique en France ». Les économistes se sont penchés sur la question et estiment que l’activité associative représente 1,5 % du PIB, le produit intérieur but de la France. Il y a, en France toujours, 185 000 « associations employeuses », pour 1 852 000 salariés. L’associatif est partout, dans tous les secteurs. Au-delà du club de chant médiéval ou de boule lyonnaise, on entre vite dans les activités sociales et éducatives, voire des missions de service public. « La France sans association n’aurait pas les moyens de fonctionner comme elle le fait aujourd’hui », poursuit Jean-Louis Desnoues. « N’oublions pas non plus le volontariat qui sert les pompiers et le service civique ». A la fin de l’année, la charte de 2014 devra donc être révisée, au regard des échanges qui se sont tenus au début du mois.


CHIFFRES ▶  En région Centre-Val de Loire
7 533 associations employeuses (9% des établissements employeurs de la région)
62 156 salariés, soit 7,7% de l’emploi salarié de la région
53 190 ETP (équivalent temps plein)
1 381 M€ de masse salariale brute annuelle.