Châteauroux – Quand l’ancienne gendarmerie devient résidence seniors

Michel Brun, très entouré, a procédé au rognage du ruban.

Trente-trois appartements basse consommation avec balcon et des services variés permettent aux seniors de vivre agréablement leur retraite dans un espace de verdure.

Si les gendarmes qui ont séjourné dans le quartier Saint-Denis repassent par la rue Schwob, ils vont se frotter les yeux en constatant ce que Charles Oliviero, le patron du cabinet castelroussin Architect Pur a fait de leurs anciens logements. Ils risquent de demander la réouverture de la caserne. Un ascenseur dessert désormais les cinq niveaux d’habitation dans lesquels des appartements T2 et T3 avec en particulier une vaste pièce à vivre qui ouvre sur un agréable balcon. « Il fallait, plaide Pascal Longein, directeur de l’OPAC, offrir aux résidents un espace où ils puissent conserver un maximum de meubles pour recommencer une nouvelle vie. »

Certains ont profité de l’occasion pour continuer de vivre sans quitter leur quartier, passant des HLM voisines à une résidence douillette. L’isolation parfaitement maitrisée des nouveaux locaux permet aux locataires de payer des charges locatives très modérées.

Il s’agit de vrais appartements, avec cuisine parfaitement équipée où ils peuvent vivre en totale autonomie. Ils ont cependant la possibilité de participer aux animations proposées dans les locaux communs du rez de chaussée, qui ouvrent sur une grande terrasse donnant sur un joli jardin.

Jennifer Dussaud, référente de l’OPAC 36 propose tout au long de l’année des activités permettant de développer des liens entre les résidents: fête des voisins, atelier de Noël, galette des rois, repas avec les jeunes. Le service espaces verts de l’OPAC a créé un potager à deux niveaux. Les seniors les plus agiles travailleront au niveau du sol naturel, mais un espace surélevé permettra aussi aux autres résidents de produire quelques légumes.

A propos de légumes justement, un accord a été passé avec « Les Potagers de Velles » qui livreront chaque semaine les paniers réservés par les résidents qui le souhaitent. « La Ruche qui dit Oui » proposera des livraisons de courses. On pourra se faire servir des repas à domicile avec Midi Service, présence Verte assurera la télé assistance et Addexia l’aide à domicile. Tous ces services sont à la carte et les seniors les utiliseront en fonction de leurs besoins.

Inutile, dans ces conditions, de préciser que l’inauguration de la résidence, début octobre constituait une animation pour bon nombre de résidents installés depuis près d’un an dans les lieux, pour les plus anciens locataires. Pascal Longein reconnaît que si la résidence affiche complet, il y a tout de même un taux de rotation lié aux envies des uns ou des autres ou à la nécessité de rejoindre une structure médicalisée pour des résidents très âgés. « On a même fait partir un couple de mauvais coucheurs qui risquaient de casser l’ambiance de la résidence. »

Tous les appartements ouvrent sur un balcon. L’occasion pour Gil Avérous de jeter un coup d’œil à sa ville.

Un chantier de près de 3M€

C’est à Michel Brun, président de l’OPAC 36 qu’est revenu l’honneur de couper le ruban traditionnel en présence de Serge Descout. Le Département a cédé le bâtiment à l’office HLM, ce dernier a financé cette rénovation sur ses fonds propres à hauteur de 348 440€, les subventions d’un certain nombre d’organismes de retraite et trois emprunts très importants permettant de boucler le montage financier d’un chantier de 2 851 700 €.

Au-delà de cette opération très importante l’OPAC a choisi de répondre aux exigences du label national
« Habitat Senior Services ». Ce label participe pleinement à une politique de prévention de la dépendance en proposant des logements accessibles et adaptés, ainsi que des services aux seniors. L’objectif à 2025 est d’adapter 7% du patrimoine de l’office, ce qui représente quarante logements en existant et dix en neuf.

Pierre Belsoeur