Gendarmerie : Gilles Gautheret rend le képi

 

Adjoint du commandant Marc Bourgeois depuis le mois d’août, le capitaine aura effectué un passage éclair. A peine arrivé, déjà reparti.

35 ans et 9 mois. Le capitaine de la compagnie de Romorantin n’aura pas posé ses valises très longtemps en Sologne mais affiche une belle carrière. Natif d’Orléans, Gilles Gautheret, 54 ans, marié, 2 enfants, a débuté sa carrière en 1983 en tant que gendarme auxiliaire à Pithiviers (45), avant un passage par l’école de gendarmerie Montluçon dès 1984. Sur son CV en outre, la Corrèze, la brigade de Fronton (31) côté gendarmerie départementale, le concours d’officier, ainsi que des responsabilités à Châteauneuf-sur-Loire, Beaune-la-Rolande, la Charité-sur-Loire et Montargis, dans le Loiret; il fut aussi adjudant dans le Loir-et-Cher, à Ouzouer-le-Marché. Avant un retour dans le Loiret, à Gien, où il officiait en brigade territoriale autonome, avant son arrivée cet été, le 1er août, donc, à Romorantin. Une poignée de mois plus tard, en décembre 2018, le capitaine a dit « adieu » à la gendarmerie. « À compter du 1er janvier 2019, je suis retraité de l’armée, je mets fin à ma carrière de 35 ans et 9 mois. J’ai une pensée pour celles et ceux que j’ai côtoyés au sein de la gendarmerie, réunis autour d’un service d’intérêt général. J’ai le sentiment du devoir accompli et j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler sur la compagnie de Romorantin que je quitte avec nostalgie. » Retour à la vie civile désormais pour Gilles Gautheret, avec la promesse de nouvelles aventures.

E.R.