La Région veut être celle du « bien manger »


La Maison des entreprises, à Blois, a accueilli pour la deuxième année la Rencontre régionale de la restauration, le 16 octobre. Si la région Centre-Val de Loire est réputée pour son patrimoine, elle n’est pas reconnue pour sa gastronomie, mais la Région compte bien changer la donne.
« Notre objectif est que notre région soit reconnue comme celle du bien manger », explique Yvan Saumet, président de la CCI Centre-Val de Loire, à l’issue de la deuxième Rencontre régionale de la restauration, le 16 octobre. Cette réunion réunissait des restaurateurs pour évoquer leurs problématiques et leur donner des clés afin, notamment, de mieux communiquer. En effet, le conseil régional est parti du constat que la réputation du Centre-Val de Loire en termes de qualité de service et de qualité nutritionnelle n’est pas à la hauteur de son art de vivre. L’œnotourisme, la gastronomie, la cuisine régionale et les produits du terroir sont au cœur de la stratégie régionale du tourisme et des loisirs 2016-2021 de la Région qui ambitionne de devenir une référence nationale de la douceur et de l’art de vivre. Pour y parvenir, les objectifs sont d’améliorer l’offre de restauration et la satisfaction des clients, promouvoir le bien manger du Centre-Val de Loire, mais aussi créer des passerelles entre les activités touristiques par le vin. Sur les 5 900 restaurants recensés dans la région, 3 700 n’appartiennent pas à une chaîne et parmi ces derniers, 1 200 sont adhérents à l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH). « Si on ne fait rien, le développement de la restauration rapide de chaîne sera supérieur au rythme d’installation des restaurateurs indépendants que l’on a aujourd’hui », remarque Christelle de Crémiers, vice-présidente de la Région, déléguée au tourisme, aux terroirs et à l’alimentation, avant de conclure : « Il y a un besoin fondamental de créer une communauté entre restaurateurs, ce qui n’existe pas du tout actuellement et il faut aussi développer le « fast-good », de la restauration rapide de qualité. Je lance donc un appel aux porteurs de projets car la Région peut les soutenir ».

Chloé Cartier-Santino