Vive les mariés !

 

Le 13 décembre, l’Union pour la Culture Populaire en Sologne a organisé une réunion de présentation de l’édition 2019 de Berdigne-Berdogne (« cahin-caha » en patois solognot), fête du patrimoine rural organisée chaque année par l’UCPS dans une commune différente.

Le 8 septembre, Courmemin remontera quatre-vingts ans en arrière sur le thème de la noce avec défilé et jeux traditionnels. Ce thème qui avait été déjà choisi en 2004 à Brinon-sur-Sauldre a été retenu pour Courmemin en raison d’une série de quinze cartes postales éditées par Neurdein Frères et vendues dans la France entière à partir de photos prises en 1904 à Courmenin des noces de la grande tante du maire actuel du village.

Gérard Beneton, membre du conseil d’administration de l’UCPS a présenté le parcours du défilé des attelages anciens, point d’orgue de la fête : « Le bourg est splendide, il y a de quoi faire », reconnait-il avant d’ajouter : « Le défilé qui contrairement aux autres années, ne se fera pas sur une boucle, aura lieu dans la rue principale en partant du stade. »

La trésorière de l’association, Claudie Aucante a ensuite parlé des entrées, le centre du village étant fermé pour que Berdigne-Berdogne ait lieu. Six entrées seront prévues, où deux ou trois bénévoles de l’UCPS ou du village pour chacune d’elles vendront les billets d’entrée. « Les entrées sont le premier contact que le public a avec la fête, explique-t-elle. Elles doivent donc être décorées et ceux qui s’en occupent doivent être costumés et souriants, tout en veillant que les visiteurs ne viennent pas avec leur chien, ceux-ci étant interdits sur les lieux de Berdigne-Berdogne pour des raisons de sécurité ». Elle a ensuite présenté le budget prévisionnel de la manifestation qui s’élève à 19 000 euros avec comme rentrées principales les entrées du public (environ deux mille personnes) et des subventions de la communauté de communes et du Conseil départemental et comme dépenses la rémunération des meneurs pour le défilé des attelages qui sont des professionnels, les achats pour la buvette et la communication (affiches…). Les deux dernières années, la manifestation n’a pas été déficitaire. Claudie Aucante a aussi rappelé que tous ceux qui animeront la fête seront costumés, et passeulement ceux qui accueillent les visiteurs. « Se costumer permet de se plonger dans l’ambiance de l‘événement, précise la trésorière. L’UCPS dispose d’une vaste collection de costumes d’époque pour femmes, hommes, enfants et bébés, Deux jours d’essayage et de prêts seront organisés par l’UCPS avant Berdigne Berdogne à l’attention de ceux qui s’investiront pour la fête. »

Tout ce qui rappelle notre époque (panneaux, etc…) dans le périmètre de Berdigne Berdogne dans le village où les voitures n’auront pas droit de cité le 8 septembre et sera caché par la décoration. Des enseignes prêtées par l’UCPS seront apposées là où il y avait des commerces et des artisans dans les années trente.

« Berdigne Berdogne fait appel aux ressources des anciens, évoque Danielle Cochet qui a lancé un appel aux habitants notamment pour récolter des photos datant d’avant la seconde guerre mondiale : de famille, noces, vie quotidienne…qui évoquent le Courmemin de cette époque. Les photos seront scannées et rendues immédiatement à leurs propriétaires ce qui permettra un échange au sujet de celles-ci afin d’en savoir plus sur la vie du village au siècle dernier.

Vincent Brinon a ensuite présenté le marché à l’ancienne où les habitants du village sont invités à vendre leurs fruits et légumes de saison ainsi que des volailles vivantes dans une ambiance rappelant les marchés de Sologne d’entre les deux guerres : paniers en osier, ardoises pour afficher les prix, etc, tout accessoire en plastique étant bien sûr proscrit.

Berdigne Berdogne sera aussi l’occasion pour le public de découvrir des métiers à l’ancienne : fileuse, cordier, barbier, maréchal-ferrant…

En amont de la fête, l’UCPS pourra proposer des animations, chants et danses aux scolaires et adultes de Courmemin pour faire un spectacle le 8 septembre. L’association la Licorne s’est aussi proposée de chanter des chansons des années trente. Rendez vous le 8 septembre !

F.M.