- pour avoir les dernières infos, rejoignez-nous sur facebook - twitter -

Marie du Berry continue à se mobiliser pour sauver le domaine du Grand Meaulnes


Après s’être adressée à Stéphane Bern, c’est maintenant vers la ministre de la culture que Marie du Berry se tourne afin que le Grand Meaulnes ne soit pas oublié.
« Par la lettre ouverte du 8 novembre à Stéphane Bern alias monsieur Patrimoine, je lançais un cri d’alarme pour sauver le Domaine mystérieux du Grand Meaulnes. Un mois après, c’est au tour de l’Ecole du Grand Meaulnes de lancer son cri de détresse, elle va devoir fermer ses portes au printemps prochain. Stéphane Bern m’a répondu par l’intermédiaire de Mélanie Pradalier, journaliste à la Voix du Sancerrois qu’il « soutenait mon initiative et qu’il relayait l’information auprès des réseaux sociaux mais qu’il fallait une demande officielle de classement auprès du ministère de la Culture », ce que je ne peux faire toute seule.
J’en appelle donc à vous, madame la ministre, qui, à l’arrivée à votre poste, avez précisé que vous vouliez avant tout, FAIRE… Ici, je tente de « faire » avec mes moyens. Pourquoi ne pas se mobiliser à votre initiative avec la participation des élus, vous madame et messieurs les députés du Cher, vous messieurs les présidents du conseil régional du Centre-Val de Loire et du conseil départemental et vous, messieurs les grands patrons du Cher, autour d’un thème fédérateur axé sur Le Grand Meaulnes qui fait partie de notre patrimoine national et international, il pourrait redonner de la force à notre région qui est en voie de désertification comme toutes celles de la France profonde.
La Loire à vélo a démontré que l’on pouvait inverser la tendance ; c’est devenu une formidable réussite touristique et économique, la Route du Grand Meaulnes pourrait s’y raccorder et être un de ces chemins, qui irriguerait du nord au sud, la partie de la région Centre la plus déshéritée. Cette Route du Grand Meaulnes doublerait ainsi la plus vieille route touristique de France la Route Jacques Cœur et lui insufflerait un nouveau souffle. On va me rétorquer que le Grand Meaulnes, c’est fini, obsolète qu’on va un jour le sortir des manuels scolaires. Si nous ne manifestons pas notre volonté de faire vivre un terroir qui a vu naître un des romans les plus connus au monde, (traduit en 37 langues), alors quid des symboles qui font rayonner la France à l’étranger ?
Lors des fêtes du Centenaire du Grand Meaulnes en 2013, j’ai pu démontrer par mon humble action auprès des maires de Sologne et des collectivités locales qu’il était possible d’agir dans ce sens. En effet, des centaines de personnes ont suivi nos journées littéraires (je me souviens même d’une jeune Chinoise qui a brandi son exemplaire en chinois) et d’autres manifestations qui ont fleuri dans toute la région et à travers la France entière. La preuve, un éditeur suisse (Y.Martina) vient de publier un recueil où il reprend tous les illustrateurs du Grand Meaulnes connus à ce jour.
Dans l’attente et l’espoir que nous pourrons ensemble cultiver l’avenir avec pour phare Le Grand Meaulnes, permettez-moi, madame la Ministre, de vous transmettre, ainsi qu’à vous tous, mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour 2018.
Marie du Berry


Avant d’avoir adressé cette missive à la ministre de la culture, Françoise Nyssen, Marie du Berry avait écrit une lettre ouverte en novembre 2017 à Stéphane Bern, chargé d’une mission patrimoine par le président de la République, Emmanuel Macron. Cette bouteille à la mer a bien été reçue, en tout cas par Stéphane Bern qui relaye l’information sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, il nous a d’ailleurs assuré gazouillé ces quelques mots : « soyez assurée de mon soutien et je ferai tout ce qui est de mon ressort pour sauver ce domaine. »
E.R.

Pour partager :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone