Une signature et bientôt une étiquette Chambord ?

Le chai du château de Chambord a été inauguré le 4 juillet. Il a servi le 6 juillet de cadre à une réflexion touristique et viticole, celle de rebaptiser l’AOC Cour-Cheverny en AOC Chambord.
Rien n’est encore décidé ni déposé mais l’idée chemine entre Michel Gendrier, président du syndicat des vins AOC Cheverny et Cour-Cheverny, et Jean d’Haussonville, directeur général du Domaine national de Chambord. À la fin, c’est l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) et le ministère de l’agriculture qui décideront du changement des périmètres des terroirs et aires, ou non. Chambord a replanté en 2015 des vignes et de vieux cépages, en particulier le Romorantin avec le concours des vignerons solognots Marionnet (Soings-en-Sologne), lequel selon la légende, aurait été ramené par François Ier de Beaune au XVIe siècle. Chambord fait aujourd’hui partie de l’AOC Cheverny (Sauvignon, Chardonnay, Pinot noir, Gamay; 25 communes, 51 producteurs et 3,4 millions de bouteilles commercialisées; 737 hectares de vignes en production); l’AOC Cour-Cheverny détient exclusivement ce fameux Romorantin (11 communes, 33 producteurs et 250 000 bouteilles vendues, 70 ha de vignes). “Le projet court depuis 7 ans. J’étais pour ma part au départ circonspect, pour ne pas dire opposé,” a reconnu M. d’Haussonville. “Tout simplement car nous ne voulons pas que le nom Chambord nous échappe. Nous avons réussi de belles avancées avec la marque Chambord depuis 2011 (il énumère : nouveau partenariat avec un whisky écossais, les tee-shirts prévus avec la marque Céline, du chocolat et la bière bientôt, etc. Elle a rapporté 1 milliard d’euro à la France selon lui encore, ndrl), nous ne voulons pas que tout ce travail s’écroule et garder l’autonomie de ces portefeuilles. Et puis, finalement, j’y suis favorable parce que c’est une sorte d’évidence et notre Domaine d’État est là pour servir une logique de terroir avec l’unique cépage Romorantin. Ensemble, nous serons plus forts. J’ai d’ailleurs renoncé au versement de toute redevance si un accord voit le jour prochainement. Il faudra par contre être vigilant sur les étiquettes puisque nous voulons conserver le contrôle sur l’image de la façade du château pour éviter les confusions parmi le public.”
Un nouveau logo pour commencer
En attendant, les vins de l’aire d’appellation Cheverny et Cour-Cheverny évoluent bien de leur côté, ont eux aussi acquis une belle notoriété. Pour preuve, une nouvelle identité visuelle (plus ronde, avec un coeur et un point d’exclamation, à l ‘image sans doute des élixirs alcoolisés gouleyants dans les verres) a été présentée le 6 juillet, avant la signature d’un plan d’actions de filière locale avec le Conseil régional (la suppression du désherbage chimique sur un minimum de 25% de l’inter-rang sur les 2 AOC, est notamment sérieusement à l’étude pour 2023) afin d’élargir la cible et tisser du lien avec les consommateurs. “Ce n’est seulement un nouveau logo pour modifier un logo. C’est une vraie stratégie et identité de marque qui sont développées,” a précisé Sophie Manuel, chargée de la communication du syndicat viticole. Pour rappel enfin, deux Maisons des vins permettent de découvrir (avec modération) ces vins, l’une à l’entrée du château de Cheverny, l’autre au pied du château de Chambord. Une nouvelle édition de la Fête des vendanges de ces appellations précitées, enfin, se tiendra à Cheverny, le samedi 3 septembre avec notamment les concerts d’Ours (Souchon) et de Chef § the Gang, groupe mené par un chef déjà venu à Blois, Philippe Etchebest !

É.R.

********************

Un accord aussi entre le Domaine national et la Biscuiterie
Depuis une douzaine d’années, Chambord a repris en main la gestion de sa marque, l’usage de son nom et de son image s’étant auparavant largement répandu sans contrôle. Dans cette perspective, quelques contrats de partenariats sont signés chaque année avec des entreprises rigoureusement sélectionnées. Parmi celles-ci, le Domaine de Chambord est heureux d’annoncer la conclusion d’un nouveau partenariat avec la Biscuiterie de Chambord. Cette dernière rayonne depuis 1978 au cœur des forêts de Sologne, entre autres grâce à son célèbre biscuit : le Palet Solognot. En s’associant à Chambord, cela lui permet donc d’utiliser plus sereinement l’image du château et d’asseoir une réelle identité territoriale. Dans cette démarche, la Communauté de communes du Grand Chambord a joué un rôle d’intermédiaire et de facilitateur. Un accord de partenariat commercial a donc été signé en début d’année 2022. Il comprend deux volets : d’une part le versement par la Biscuiterie d’une redevance lui permettant l’utilisation de l’image du château sur ses produits ainsi que la commercialisation des produits authentiques du Domaine national de Chambord dans l’ensemble de ses boutiques et d’autres part, la vente des biscuits artisanaux fabriqués par la biscuiterie dans les boutiques du Domaine de Chambord. De nombreux projets communs sont d’ores et déjà à l’étude.