Orléans : Il y a bien photo à la collégiale

Les expos photos ne manquent pas, mais certaines sortent du lot. Souvent par la qualité des artistes, parfois par leur renommée, ce qui va logiquement de pair : la collégiale Saint Pierre le Puellier accueille en ce moment-même une exposition exceptionnelle.
La mairie a fait appel à la galerie Capazza (à Nançay dans le Cher), pour organiser la présentation de trois de ses artistes, qui n’ont d’autre point commun que le Val de Loire. Robert Charles Mann est né aux États-Unis dans les années 60, et vit aujourd’hui à Chaumont-sur-Loire. Photographe diplômé d’instituts américains et allemands prestigieux, il fut l’un des tireurs les plus recherchés au monde. Il a collaboré avec Helmut Newton, Dennis Hopper et bien d’autres. Les clichés qu’il expose sont le résultat d’un travail inattendu. Alors qu’on imaginerait volontiers une technologie de pointe pour une telle sommité, Charles Mann présente en fait des clichés réalisés avec du film photographique exposé plusieurs mois au fond d’une boîte de conserve ! Le résultat est dingue, sorte de grands formats colorés que l’on assimilerait à la course du soleil dans le ciel. Éric Antoine, lui, travaille avec une toute autre technique, celle du collodion humide. Photographe autodidacte, il s’est fait une spécialité de ce processus très ancien. Il s’amuse à prendre le contre-pied de notre « déluge numérique » contemporain, et livre de véritables photographies-objets. Reste Jérémie Lenoir, diplômé de l’École Polytechnique de Tours et de l’ESAD, école de design d’Orléans. Ses photographies aériennes transposent des lieux en tableaux. Mais n’allez pas imaginer un remake de Yann Arthus-Bertrand. Lenoir s’impose de toujours prendre ses clichés à la même hauteur du sol. La représentation fait un tableau dans lequel on cherche naturellement la représentation du travail de l’homme sur ces petits bouts de terre photographiés.
Stéphane de Laage

Exposition au 13 Cloître St Pierre le Puellier à Orléans. Jusqu’au 27 novembre 2022.