Romorantin : Un conseil pour clôturer les dossiers avant les congés

Après les enfants, le temps des grandes vacances estivales est aussi arrivé pour les grands. Le maire Jeanny Lorgeoux avait donc convoqué le 8 juillet un dernier conseil municipal avant une pause d’ici le retour de la rentrée.
Moins de dix délibérations étaient notées à l’ordre du jour de la session de travail du 8 juillet dans les murs de la Pyramide de Romorantin, avec calme et sans joutes excessives. Il n’empêche qu’il y avait quelques sujets d’importance comme la convention de partenariat tripartite entre la Ville, le Syndicat mixte d’aménagement du bassin de la Sauldre (SMABS) et l’aménageur Catella Logistic Europe, s’agissant d’une compensation environnementale suite à l’installation confirmée d’un futur parc logistique dont le projet a été dévoilé début 2020. Pour rappel, deux entrepôts sur 12000 m2 sont prévus au Sud de Romorantin, près de l’A85; l’un sans doute sera affecté à un e-commerçant, l’autre probablement dédié à du transport régional. Le compromis de vente a été signé en 2019. Un terrain de compensation, selon la loi, est prévu sur la commune, au Clos de l’Arche, à proximité du nouveau cinéma. Depuis l’opposition, Louis de Redon (groupe Ensemble pour Romo, DVD), qui était présent cette fois au conseil municipal aux côtés de la conseillère meneuse Dominique Giraudet, a fustigé “une plateforme qui est une catastrophe écologique. On compense, oui et non. On détruit surtout. L’effet économique est de plus négatif car les emplois induits sont pour la plupart précaires.” Le maire, Jeanny Lorgeoux, a riposté et défendu. “Votre propos est totalement théorique, il ne tient pas compte de la réalité romorantinaise de ce projet. Grâce à l’excellent travail d’Alain Beignet (SMABS), nous allons pouvoir replanter des fleurs intéressantes. Vous oubliez aussi que cela va rapporter 2,2 M€ à la ville et créer entre 200 et 300 emplois, non délocalisables, d’ici quatre ans. » Enfin, l’information d’une subvention de 40 000 euros supplémentaires attribués au club de football de Romorantin, le SOR (Sologne Olympique Romorantinais) a fait à nouveau sortir du bois M. de Redon, ex-vice-président du Département également. Un montant ajouté aux 230 000 € votés en juin dernier, mais une somme tout de même en baisse de 20 000 € par rapport à 2019. “Quand j’ai découvert que la subvention du SOR serait baissée de moitié cette année suite à sa descente en National 3 et que le Conseil départemental financerait la montée de l’ADA Blois Basket…La règle au Conseil départemental de Loir-et-Cher est la suivante : en cas de descente, on maintient la subvention pendant une année ! ” Jeanny Lorgeoux a à nouveau balayé sans s’agacer. « Le SOR a de grandes chances de rester en National 2. Conclusion : la clause de revoyure s’impose et nous rajoutons 40 000 € pour faire en sorte que dans quelques jours, si le SOR se maintient comme prévu, il pourra faire face à ses engagements. Je ne me fais pas de bile pour le reste; si nous nous maintenions donc grâce au repêchage, le Conseil départemental maintiendrait finalement la subvention.»
É.R.