Sécurité à vélo, le Loiret veut faire mieux

Durant tout le mois d’octobre, le département du Loiret a mené une vaste campagne de sécurité à vélo. Les collégiens en étaient la cible prioritaire, alors que le conseil départemental s’apprête à engager son schéma directeur cyclable.
Depuis le Covid, l’usage du vélo a explosé, mais il semble que la société et les infrastructures en ville et à la campagne ne soient pas adaptées. « On n’est pas prêts », reconnaît un responsable associatif. La législation sur le port du casque, obligatoire jusqu’à 12 ans seulement, les infrastructures routières, pistes cyclables, parkings vélos, etc. Il y a des manques évidents. Et on déplore depuis 2017, 44 accidents, dont 5 mortels, impliquant des véhicules et des vélos sur les routes départementales du Loiret.

C’est mieux que rien
Les associations sont de plus en plus nombreuses à prendre à bras-le-corps la sensibilisation des jeunes et des moins jeunes. À commencer par le comité cycliste du Loiret qui va depuis quelques années déjà, dans les collèges, à la rencontre de ces usagers si fragiles, et à qui il faut parfois tout apprendre. « Quand on voit l’état de certains vélos, on voudrait que les enfants ne repartent pas avec », se désole Joël Moreau, agent de développement au Comité. Quant aux lumières, aux gilets et au casque, ils sont bien souvent inexistants. Ces associations ne sont pas assez nombreuses pour couvrir l’ensemble des 58 collèges du département. Elles font ce qu’elles peuvent et c’est mieux que rien, pourrait-on dire.
Rappelons d’ailleurs qu’il existe d’autres actions à l’attention des collégiens et lycéens : l’ASSR (Attestation scolaire de sécurité routière), par exemple, qui est inscrit dans le cursus du collège, et le dispositif « savoir rouler », qui s’adresse aux enfants de 6 à 11 ans, donc dès le primaire. « Le collège marque une étape dans la vie des enfants. C’est souvent le moment où ils gagnent leur autonomie pour se rendre à l’école », rappelle Flavien Bourgeois, directeur de l’association « Prévention routière ».

Le Chat sur le dos des enfants
Alors le Département a choisi d’engager une campagne de communication sur l’ensemble de son territoire. Les affiches ont fleuri sur les abris-bus notamment, rappelant l’importance, et pour les cyclistes, et pour les automobilistes, d’être vigilants. France Bleu s’est largement associée à cette campagne : la radio a fait fabriquer 20 000 housses de sac-à-dos jaune fluo à l’effigie du « Chat ». Ils sont ainsi largement distribués dans les établissements scolaires. « Il y a du travail, insiste Hervé Gaurat, vice-président du conseil départemental, et nous affichons là la volonté forte d’agir pour sécuriser nos routes et les abords des collèges ».

Vers un département « doux »
En ce moment, le Département poursuit l’élaboration de son schéma directeur cyclable, pour proposer à terme des solutions alternatives permettant aux acteurs et usagers d’utiliser un autre moyen de transport que la voiture au quotidien. Un schéma qui devrait faire écho à la vaste enquête réalisée ces deniers mois auprès des usagers, pour comprendre leurs modes de déplacements et leurs souhaits. Le vice-président invite d’ailleurs les élus des 325 communes du Département à remonter toutes leurs observations et suggestions.
« Le Loiret s’engage même, poursuit-il, à construire des voies cyclables en zone rurale partout où les communes mettront des terrains à disposition ».
Stéphane de Laage